Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Messagepar Roger Traversac » sam. 18 octobre 2014, 21:53

Quand on cherche un portrait d'époque, établi de son vivant de John Dowland, ils sont tous faux ! Effectivement, John Dowland passe pour être un compositeur pour lequel aucun portrait n'a pu être reconnu comme le représentant. Diana Poulton rêvait de voir son visage ... C'était son souhait le plus cher ... Pourtant deux représentations réalisées de son vivant correspondent. L'une d'entre elle a déjà été reconnue comme le représentant certainement (gravure dans une publication musicale comme luthiste et musicien principal) grâce à l'aide d'un musicien et de son article aux USA. Et l'autre, sur laquelle nous avons fait de longues recherches avec un ami britannique qui partage la découverte avec moi, est une " miniature " dans un grand musée britannique d'un personnage né la même année que John Dowland, un " anonyme ". Ce personnage sur la miniature cadrant très bien avec celui de la gravure aux traits simplifiés et n' ayant pas été reconnu parmi les dizaines de personnalités nées la même année (j'ai été mis en relation avec des responsables du Musée), bien sûr (avec de nombreux points intéressants en plus pour appuyer la conviction) peut très bien être John Dowland jeune :
Isaac Oliver 5,5 x 4,5 cm Victoria and Albert Museum london/Picture of an unknown young man who is 27 years old in 1590/portrait d'un jeune homme inconnu de 27 ans en 1590.
Gravure : article d' Olav Chris Henriksen (a possible likeness of John Dowland 2002 the Lute Society of America) Giardino novo bellisimo (1605) Melchior Borchgrevinck.
Si vous voulez que l'on poursuive les recherches, je ne demande pas mieux ...

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5409
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Elisabeth Calvet » sam. 18 octobre 2014, 22:25

Bonjour Roger !
Moi aussi, je ne demande pas mieux, tu aurais des photos des deux images ?
C'est vraiment intéressant, après ça, je ne suis pas sûre de pouvoir t'aider... mais ça m'intéresse bien !
Amitiés, et merci de faire un tour par là... :D

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » dim. 19 octobre 2014, 11:36

Bonjour Elisabeth,
Merci pour l'intérêt que tu portes à cette recherche. Voici :
http://collections.vam.ac.uk/item/O7488 ... ver-isaac/
http://imslp.org/wiki/File:PMLP291617-b ... i_1605.pdf
Je pense que la ressemblance est suffisamment frappante. Je dispose d'agrandissements précis, bien sûr !
Bref, Dowland avait bien 27 ans vu son année de naissance connue. Il était à Londres comme le miniaturiste. Ils avaient dû se connaître en France. Le miniaturiste français devait être protestant et Dowland catholique à l'époque, depuis peu. D'où la fraise portée par Dowland, signe catholique à londres à l'époque.
Cette fraise, la tenue vestimentaire et la position de la main typique d'un musicien ayant la main au repos (position scaphoïdale) pouce sorti (et pas fermé) et le prolongement des doigts se rejoignant au point, à l'os du poignet "scaphoïde "correspondent au contemporain de Dowland Peter Sweelinck (qui a même transcrit au moins une pièce de Dowland). De plus la main gauche de Dowland semble jouer un " Do "/ " La " sur un luth en sol. Le Do commençait déjà à remplacer l' ut ... (Ref/Lettre du Divin Aretin antérieure). D'où sa signature " Do La ... Dowland, bien sûr. Les signatures de ce genres se retrouvent ... N' oublions pas Dolannes Mélody/Mélodie composé assez récemment en musique de variété et les nombreux noms tournant autour de Dowland relevés par Diana Poulton. Pour la similitude du visage, j'ai fait des montages. Cela cadre bien. L'attitude également.
Dowland parti à l'étranger peu après la réalisation de la miniature aura laissé à son épouse la miniature en cadeau. La bague semble correspondre à une sorte de chevalière et est porté à un doigt correspondant (signe de mariage, sans doute) à l'époque. La houpette de cheveux si caractéristique et rare se retrouve ainsi que de nombreux points importants du visage. Bien sûr, la gravure n'est qu'une ébauche ...
Voilà, un bref aperçu de l'état de nos recherches. On ne pourra sans doute jamais prouver qu'il s'agit de Dowland mais on a de nombreux indices concordants importants qui laissent à penser qu'il y a de grandes chances qu'il s'agisse de lui. Les recherches sur le donateur peuvent peut-être aider également (autre miniature donnée au musée, je crois). Enfin l 'attitude du jeune homme semble bien correspondre à ce que l'on sait du caractère de Dowland.
A te lire, bien amicalement,

Roger

Maurice
Messages : 501
Inscription : sam. 23 septembre 2006, 12:54
Localisation : Lyon

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Maurice » dim. 19 octobre 2014, 18:46

bonjour Roger
merci pour ces explications, c'est passionnant d'entendre lire un tableau comme on mène une enquête.
où peut-on trouver des indications sur la vie de Dowland ?
bien à vous,
Maurice

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » dim. 19 octobre 2014, 21:34

Bonjour Maurice,
La référence reste le livre de la regrettée Diana Poulton qui est devenu très onéreux d'occasion mais que l'on trouve en lecture gratuite ici :
Il suffit de cliquer aux bons endroits.
http://books.google.nl/books/about/John ... 4ikvRR4Z0C

Bonne lecture,
Bien a vous,

Roger

Maurice
Messages : 501
Inscription : sam. 23 septembre 2006, 12:54
Localisation : Lyon

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Maurice » dim. 19 octobre 2014, 23:19

merci.
Maurice

Mathieu de Person

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Mathieu de Person » lun. 20 octobre 2014, 00:50

Bonjour et merci pour vos recherches.
C'est intéressant mais je trouve le titre du post un peu trop affirmatif. Je mettrais un point d'interrogation au minimum.

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5409
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Elisabeth Calvet » lun. 20 octobre 2014, 10:33

Si le personnage représenté sur la gravure a été identifié, c'est vrai que celui de la miniature lui ressemble, c'est bien possible qu'il s'agisse de John Dowland, surtout si l'âge correspond...

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » lun. 20 octobre 2014, 10:37

Bien le bonjour,
Oui, vous avez raison ; c'est pour attirer le public ; c'est bien pour cela qu'aucune publication officielle n'a encore eu lieu à ce jour ...
A vouloir trop prouver, on va trop loin ; ainsi dans cette vidéo modeste sur un tout autre sujet (je ne suis pas un musicien pro, l'intérêt est surtout dans la recherche historique) je vais très, très loin ; trop loin sans doute :
http://www.youtube.com/watch?v=gCFrb_SgBsc
Mais rien ne contredit cette interprétation, comme pour Dowland. Rien n'interdit ces rêves. C'est déjà beaucoup ...
C'est pourquoi, je demande de l'aide afin de ne pas aller seul ... dans ces recherches si passionnantes !
Je suis ébloui par les recherches d'un grand spécialiste latin Belge, Lucien Janssens, qui a pratiquement prouvé par la découverte (très commentée) d'un anagramme caché d'Ovide que sa Corinne était bien la fille de l'empereur Auguste :
http://www.persee.fr/web/revues/home/pr ... _70_4_3863
C'est extraordinaire et relève d'un esprit très cultivé et très intelligent.
Voici ma modeste vidéo sur le sujet :
http://www.youtube.com/watch?v=LwWb9Th8iF4

Tous mes modestes et rares articles (SFL essentiellement) sont dans cet esprit (Les cloches de Paris, les Villanelles, la Samaritaine etc ...)

Encore merci pour votre intérêt marqué à ces recherches qui me passionnent.

Roger

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » lun. 20 octobre 2014, 11:58

Elisabeth Calvet a écrit :Si le personnage représenté sur la gravure a été identifié, c'est vrai que celui de la miniature lui ressemble, c'est bien possible qu'il s'agisse de John Dowland, surtout si l'âge correspond...

Merci beaucoup ! Quel bel encouragement ! Oui, le personnage de la gravure doit effectivement (à lire l'article bien documenté) correspondre à celui de John Dowland (assez fortes probabilités). L'âge pour la miniature correspond.
Ce qui est amusant c'est un commentaire assez officiel comme quoi " il vaut mieux garder le mystère et l'attribution à un inconnu " ... Là, je ne suis pas d'accord sauf pour l'exception du fameux soldat inconnu à l' Arc de Triomphe à Paris car il est le parfait symbole de tous les valeureux soldats anonymes morts pour la France. Comme nous ne sommes pas dans ce cas, il vaut mieux, par accumulation d'indices (clues en anglais), un faisceau positif tendre à prouver même si une totale certitude n'est pas apportée à ce jour. Disons très franchement que ces deux illustrations sont autant que je sache, à ce jour, les seules qui peuvent correspondre à John Dowland ; les autres, c'est vraiment du n'importe quoi ! Jusqu'à une superbe représentation très récente fantaisiste très réussie d'un grand luthiste artiste disparu qui s'est inspiré du portrait d'un musicien italien jouant du luth ... en changeant ses traits.

Amicalement vôtre,

Roger

Mathieu de Person

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Mathieu de Person » lun. 20 octobre 2014, 12:11

J'aimerais discuter de ce que vous écrivez, qui est intéressant mais à mon avis n'est pas assez argumenté ni documenté dans votre message.

"D'où la fraise portée par Dowland, signe catholique à Londres à l'époque."
à ma connaissance c'était la mode pour tout le monde, et la reine Elisabeth portait une fraise.

"Cette fraise, la tenue vestimentaire et la position de la main typique d'un musicien ayant la main au repos (position scaphoïdale) pouce sorti (et pas fermé) et le prolongement des doigts se rejoignant au point, à l'os du poignet "scaphoïde "correspondent au contemporain de Dowland Peter Sweelinck (qui a même transcrit au moins une pièce de Dowland). De plus la main gauche de Dowland semble jouer un " Do "/ " La " sur un luth en sol. Le Do commençait déjà à remplacer l' ut ... (Ref/Lettre du Divin Aretin antérieure). D'où sa signature " Do La ... Dowland, bien sûr."

Avez-vous des éléments pour dire qu'une telle position de la main est celle d'un musicien ?
Ensuite je ne comprends pas la suite de la phrase avec Sweelinck. Faites-vous référence à une autre représentation ?
enfin vous parlez de la main gauche de Dowland qui jouerait d'un accord. Là, s'agit-il de la gravure qui se trouve sur votre deuxième lien ?
Quant à la signature "do-la", où apparaît-elle ?

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5409
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Elisabeth Calvet » lun. 20 octobre 2014, 12:57

Ah oui, c'est intéressant...
D'après Diana Poulton, John a joué à la cour à Londres en Novembre 1590, peut-être a-t-on fait son portrait à cette occasion ?
(J'ai beaucoup de mal avec l'anglais, mais c'est ce qu'il m'a semblé comprendre).
Et sinon, Wikipedia dit qu'il n'est rentré en Angleterre qu'en 96 ou 97...
On ne saura peut-être jamais, c'est comme une vieille photo de famille sur laquelle on essaie d'identifier ses ancêtres...
(Et sinon, comme Mathieu, je n'ai pas compris le rapport avec Sweelinck).

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » lun. 20 octobre 2014, 13:41

Bonjour, merci de votre réponse qui est fort intéressante dans notre recherche.
Oui, pour la fraise, il y a des sites sur internet qui donnent avec précision à cette époque (la mode changeait asse vite) la fraise britannique comme étant pour un homme (j' avoue ne pas avoir pensé aux femmes. Merci de cet apport fort intéressant) un signe plutôt catholique, notamment à Londres. L'opposé c'est ce que l'on trouve dans l' autre représentation plus tardive de Dowland au Danemark avec le fameux col protestant. Par ailleurs, sans ramener ma fraise (l'expression nous est restée), la fraise correspondait à une hiérarchie sociale selon sa magnificence. Et là, nous sommes bien avec une fraise corresondant à celle d'un homme aisé sans être très aisé, noble, prince etc ...
Oui, bingo pour la représentation de Sweelinck. On trouve souvent deux principales représentations d'époque de Sweelinck et dans l'une des deux il a bien cette position " scaphoïdale " à une main. Cette position n'est pour moi pas naturelle :
Quand je referme mes doigts, je referme mon pouce dessus. J'ai bien tort car le fait de laisser le pouce sorti permet une bien meilleure position de la main pour le repos. Il y a des sites sur le sujet sur internet avec illustrations. J'adopte donc maintenant souvent cette position de la main. C'est extraordinaire car les lignes des cinq doigts de la main tendent alors toutes vers ce fameux os scaphoïde (que l'on retrouve dans le pied ... C'est le pied, c'est le cas de le dire !). Cet os est lié à la mobilité de notre poignet.
Un luthiste droitier tient pratiquement de la main gauche en cette position son instrument le long du manche.

Par ailleurs, je vais plus loin pour la tenue de Sweelinck sur au moins un de ses deux représentations : Il a pratiquement le même vêtement et la même fraise que notre Jeune homme de 27 ans.
A noter un détail fort intéressant (peut-être également dans la tenu de Sweelinck) notre jeune homme de 27 ans (miniature) semble avoir un bras tenu presque en écharpe par un complément à son vêtement (élément de confort). Or, en dehors de Sweelinck (à vérifier ...) on trouve sur des miniatures contemporaines britanniques ce même complément. Et, détail également intéressant, on trouve (je l'ai en petites figurines pour touristes : guitariste etc ...) des représentations typiques de musiciens espagnols avec des tenues similaires.
Oui, il faut prendre la position de main gauche du jeune homme de la miniature et l'appliquer sur un luth en sol.Le luth, je l'espère utilisé par Dowland généralement à ses débuts. Je l'ai fait ... et cela donne do / la ...
J'ai trouvé une représentation de musicien avec ce genre de signature. Le grand Alexandre Lagoya dédicaçait avec " La Mi tié de La goya ". C'est la même idée.
Pour le peintre, on peut aller un peu plus loin. C'était un élève du plus grand miniaturiste (le plus cher, pratiquement réservé aux Nobles, dont la Reine Elizabeth) ; Dowland peu connu et sans doute peu fortuné à l'époque aura été peint par l'élève, alors bien moins en vogue que le Maître. De plus, il a très bien pu connaître ce jeune peintre en France. Ils s'y trouvaient (proche l'un de l'autre) à la même époque.De mémoire, le peintre était de Rouen et Dowland souvent à Paris et sa région. Le peintre protestant a eu peur avec les guerres de religion et s'est installé à Londres. Curieusement, il semblerait que Dowland soit devenu catholique en France. Le catholicisme n'a pas empêché
William Byrd de n'avoir aucun problème avec la reine Elizabeth alors que Dowland y fait allusion comme étant une cause de sa non nomination comme musicien officiel de la cour ... enfin, c'est très curieux, Dowland et ce jeune peintre ont suivi des destinées parallèles ; j'entends par là qu'ils se sont rendus dans les mêmes pays (il reste à vérifier si les dates correspondent). Ce n'est qu'un faible indice pour montrer qu'ils devaient sans doute bien se connaître.
Merci de faire avancer le Schmilblick ...
Pour Sweelinck :
http://luxetdies.nl/psalmen-uit-de-gouden-eeuw/

Amicalement vôtre,
Roger

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 422
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Roger Traversac » lun. 20 octobre 2014, 14:03

Elisabeth Calvet a écrit :Ah oui, c'est intéressant...
D'après Diana Poulton, John a joué à la cour à Londres en Novembre 1590, peut-être a-t-on fait son portrait à cette occasion ?
(J'ai beaucoup de mal avec l'anglais, mais c'est ce qu'il m'a semblé comprendre).
Et sinon, Wikipedia dit qu'il n'est rentré en Angleterre qu'en 96 ou 97...
On ne saura peut-être jamais, c'est comme une vieille photo de famille sur laquelle on essaie d'identifier ses ancêtres...
(Et sinon, comme Mathieu, je n'ai pas compris le rapport avec Sweelinck).


Grand apport ! Merci beaucoup ! C'était aux débuts de Dowland ... Il est parti à l'étranger après pour parfois revenir en Angleterre. Cela cadre donc bien avec Diana Poulton et Wikipedia.
J'ai expliqué le rapport avec Sweelinck dans mon message précédent.
Pour l'importance (même en France) de la miniature, lire " La Princesse de Clèves " ... La précision est impressionnante, c'est déjà l'équivalent d'une photo d'identité en couleurs. Bien sûr, j'ai un livre consacré aux miniatures britanniques " The portrait miniature in England " Katherine Coombs Victoria and Albert Museum. Je crois qu'il fallait compter au moins deux jours (pas mal d'heures de pose) pour se faire tirer le portrait ... Je serais curieux de savoir le prix que coûtait chez cet élève du grand Maître (lui même devenu grand Maître après) la réalisation d'une miniature sans faire l'oeuf (à une époque les miniatures se faisaient à partir d'une coquille d'oeuf) ...
Bien amicalement,

Roger

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5409
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowla

Messagepar Elisabeth Calvet » lun. 20 octobre 2014, 14:56

Pour la main, c'est vrai que le pouce est sorti, et pas fermé, mais la main non plus n'est pas vraiment fermée.
Il aurait fallu un portrait où le personnage, par exemple, donne une poignée de main, là, en général, la main et le pouce sont fermés.
https://www.google.fr/search?q=mains&cl ... 20&bih=931
Mais celle d'un luthiste ou guitariste, non, enfin, je pense, il ne va pas replier la dernière phalange...
(ça commence à me plaire...) :D
Et il s'appelle comment, le peintre ?


Revenir vers « Luths, guitare baroque et renaissance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Brandwatch [Bot], CommonCrawl [Bot] et 1 invité