Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5492
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Elisabeth Calvet » mar. 04 novembre 2014, 15:05

Merci à toi, Roger, parce que ça intéresse beaucoup de monde, mais on ne prend pas le temps de faire des recherches pareilles... :bye:
- Je ne sais pas.
- Tu es sûr de ne pas savoir ce que ça veut dire, moderato cantabile ? reprit la dame
L'enfant, immobile, les yeux baissés, fut seul à se souvenir que le soir venait d'éclater. Il en frémit.
(Marguerite Duras)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » mar. 04 novembre 2014, 15:59

A mon âge, je peux prendre le temps d'étudier cela et il m'en reste pour jouer de la musique, heureusement. En 1604 Isaac Oliver fut mis au service de la reine Anne à Londres et en avril de la même année John Dowland dédiait ses Lachrimae à la reine. Il fut renvoyé par Christian IV de Danemark en 1606 et protégé par la reine Anne :
" Lachrimae dedicated to the most sacred and gracious princess Anna queen of England ". Merci bien, Elisabeth.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » jeu. 05 février 2015, 22:02

Acquisition de livres très documentés sur le sujet. Cela a bien progressé. La religion est totalement écartée car elle n'a strictement aucune incidence sur le sujet tant pour la fraise que pour les contacts entre miniaturistes et " sitters "/ sujets. Le seul petit problème à priori de peu d'importance non résolu, c'est la bague en or qui ne livre pas son secret, la petite chevalière avec un trait horizontal la séparant en deux parties, deux demi-lunes bien visibles, portée comme il se doit pour un britannique au petit doigt de la main gauche, le pinkie finger (pour le " signet ring ") pour un droitier comme devait être John Dowland.
Il n'y a pas réellement d'étiquette concernant le port d'une telle bague et malheureusement on ne peut pas lire ce qui doit être inscrit d'autre sur le dessus de cette bague. Elle témoigne du désir du personnage " who does not perhaps look grand enough to be a courtier "/qui ne semble pas peut-être paraître assez noble pour être un courtisan " (Dowland n'était pas un courtisan ; il était au service de courtisans) de bien se mettre en valeur.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » mer. 25 février 2015, 11:24

Shakespeare avait une chevalière de ce type qui a été retrouvée. Formidable ! En ce qui concerne la gravure, " the argumentation seems pretty good " pour des commentateurs. Excellent !

Mathieu de Person

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Mathieu de Person » mer. 25 février 2015, 12:05

Bonjour, petite parenthèse

Je trouve préférable d'utiliser le terme "d'homme de cour" à celui de "courtisan", devenu assez péjoratif.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » mer. 25 février 2015, 14:04

Bien le bonjour et merci pour cet apport important. Oui, c'est exact ! Dowland et Shakespeare n'étaient pas des " hommes de Cour ". Ils étaient juste à leur service. Donc avec une hiérarchie sociale inférieure. Cela n'a pas empêché Dowland, d'origine de commerçants aisés (ref/Diana Poulton) de percevoir de très, très grosses rémunérations. La chevalière de Shakespeare :
http://www.shakespeare.org.uk/explore-s ... -ring.html
Cela nous conforte dans notre recherche pour John Dowland. Shakespeare portant une chevalière pour apposer des sceaux sur ses courriers ; Dowland pouvait faire de même. Je craignais qu'une obligation d'être " Noble " ne soit liée à cette époque au port de cette chevalière et cela aurait totalement détruit toute notre argumentation puisque la chevalière " pinkie finger signet ring " de droitier apparaît nettement sur notre minuscule miniature si précise (quel talent, ce grand miniaturiste ! ). Actuellement, le Prince Charles en porte une :
http://www.familysealrings.com/folio/work1/3.html

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » dim. 10 janvier 2016, 11:33

Article " Another candidate portrait of John Dowland ? " paru dans le Lutezine 116 de nos amis luthistes britanniques.Un grand merci pour leur confiance, leur aide pour la rédaction en anglais et votre aide à tous, si précieuse qui nous a permis d'éviter des chausse-trapes (embûches) et d'aller plus loin.
amicalement vôtre

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » mer. 20 janvier 2016, 12:24

Voici le lien gratuit pour l'article transmis au Victoria and Albert Museum à Londres qui permettra d'aller plus loin avec des échanges de commentaires et pourquoi pas des apports :
http://www.lutesociety.org/uploads/essays/lutezine-116
Merci encore au Victoria and Albert Museum, à Madame Katherine Coombs et à la British Lute Society. Il donne, bien sûr, uniquement accès gratuit à cet article.
Rappelons en complément que John Dowland à la fin de sa vie était avec Lanier, musicien et chanteur de la famille d'Isaac Olivier (suite notamment à un mariage d'Isaac qui eut plusieurs femmes), originaire de Rouen comme Isaac. Il y a un tableau de Lanier luthiste. Olivier peignit des luthistes et Lanier et Oliver furent en relations avec la Reine Elizabeth.
Amicalement vôtre

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 564
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Les deux véritables illustrations d'époque de John Dowland

Message par Roger Traversac » ven. 22 janvier 2016, 12:23

Reçu un fort aimable message positif de la part de l'auteur du premier article sur la gravure. Qu'il en soit encore remercié. Nous souhaitons tous deux l'apparition d'un tableau en couleurs, avec tant qu'à faire les mêmes traits, de John Dowland et mention écrite indiscutable de son vivant qu'il s'agit de lui ... Mais peut-être sommes nous trop gourmands ?

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »