Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Roger Traversac » mer. 05 novembre 2014, 23:29

German State Library, Berlin MS40598 (vers 1571), F. 123 v.

Perhaps a 4-part Polish chanson which original version with words has been lost or an instrumental composition for many instruments.
In any case this is the only musical testimony remaining.

Peut-être une chanson Polonaise à 4 parties dont l'original avec les paroles a été perdu ou bien une composition instrumentale pour divers instruments.
C'est la seule et unique version retrouvée.

Czarna Krowa/ La Vache Noire/The Black Cow ( Valentin Bakfark)
ou les tribulations d'un vache laitière pie noire en Pologne.
The adventures of a Black Cow (pie noire) in Poland.

Cette variété de vache timide est un véritable symbole écologique de la Pologne.
This type of coy cowe is a real ecologic symbol in Poland.

Au point qu'une chanson (proche du thème de Bakfark), un film et des livres pour enfants lui ont été consacrés récemment sous le nom de la Vache Noire tachée de Bordeaux. Avec pour devinette la couleur de son lait.
A song (inspired by Bakfark's theme), a film and children' books have been devoted to the animal under the name Black Cow spotted Bordeaux. With a riddle, the color of the milk.

The Czarna Krowa (VB 40) is a 5 sections work, of which the first and the last sections are fully repeated.
At the end of each formal section we hear a strong cadence in the basic key (G minor). In the ornementation of the intabulation, figuration in quavers is dominent. An important role is given to the mordents, more often in the simpler form, with movement in quavers, but in two instances the variant in semi-quavers also appears. By all indications the copyist altered the original, technically difficult Bakfark concepts to only a small degree, and left some of the more dificult turns untouched. This is demonstrated by the fact that the "composite " mordents, which is technically difficult to execute, occurs as much as three times in its original form, moving in semi-quavers.

Istvàn Homoloya Valentine Bakfark Lutenist from Transylvania Corvina Kyado (1982, 1984)

Henry Opiensky qui était spécialiste de Bakfark au point de posséder de rares écrits de sa main a reconstitué la version d'origine et y a ajouté des paroles amusantes (histoire difficile à croire) basées sur un thème de " Romanesque " comme dans " Guardame las vacas ":

Kenry Opiensky who was a great Bakfark's specialist ( he owned very rare original writings by Bakfark's own hand) has rebuilt the original version from Bakfark's tablature and he has even added funny words (story very hard to take seriously) based on the famous " Romanesca 's theme " found in " Guardame las vacas " :
Adaptation française d' Emmauel Barblan Collection " Pro Arte " Choeur mixte a capella
Editions musicales Charles Huguenin & Pro Arte
2114 FLEURIER-SUISSE

Sans cornemuse et sans flûtiau,
Lise conduit tout son troupeau
Dans un frais et clair vallon,
Auprès des bois profonds.

Le petit Jean vint à passer
Fait le galant fait l'empressé.
Lise lui dit ses chagrins :
Aimer, ce n'est pas rien !

Puis au bois s'en sont allés.
Jean veut bien la consoler
Les pleurs sont essuyés.

Tandis que Lise et le p'tit Jean
Au jeu d' amour perdent leur temps,
Hors du bois un loup s'élance,
Le troupeau est sans défense.

Vache Noire était par là,
Et le loup cruel la mangea !

Ah ! Petit Jean, c' est en t'écoutant,
Qu' un loup très méchant,
Mangea goulûment,
Ma vache broutant
L 'herbe de notre champs !
Hi ! hi, hi, hi ! hi, hi, hi ! hi, hi,
Hi !

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Roger Traversac » jeu. 06 novembre 2014, 10:09

Page de Mr Gerbode que nous remercions à ce sujet :
gerbode.net/composers/Bakfark/
Avec tablature, fichier Midi etc ...

Mitaki

Re: Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Mitaki » jeu. 06 novembre 2014, 17:03

Bonjour,
Merci d'attirer l'attention sur ce compositeur que je ne connaissais pas. On peut trouver une interprétation de cette chanson sur YT de Paul Cesarczyk qui vaut le détour.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Roger Traversac » jeu. 06 novembre 2014, 18:03

C'est exact ! Très bonne interprétation. Sinon pour les CDs de luthistes :
Version solo de Lutz Kirchhof (CD rarissime Valentin Greff Bakfark Lautenwerke ...), de Jacob Heringman " Black Cow /Bakfark & Waissel "(il m'a inspiré mais je suis loin derrière ; très grande sensibilité. On croit voir la vache marcher d'un pas lent et souple ; on croit voir ses pattes s'enfoncer délicatement dans la terre. Cette idée est reprise par les Shadows dans l'air plus simple de guitare électrique Holy Cow, la vache sacrée). Je n'en connais pas d'autre à ce jour.
Version en duo ( attention à deux ils jouent ce que joue un seul musicien mais ils gagnent en tempo plus rapide, plus alerte) par Marcin Zalewski et Micha Gondko " By lutnia mowic umiala/ If lute could speak ..."

Merci de cet apport. J'aime tant cette pièce hélas très difficile !

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Roger Traversac » mar. 20 septembre 2016, 15:58

Nouvelle découverte à ce sujet que je révèlerai après la parution d'un article d'ici quelques semaines ... Disons pour faire patienter que cela augmente l'authenticité de la pièce et sa valeur. J'ai vu avec plaisir qu'en fait c'est la pièce la plus appréciée de Bálint /Valentin Bakfark.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Czarna krowa/La Vache noire Valentin Bakfark

Message par Roger Traversac » mar. 04 octobre 2016, 12:05

Voici la découverte révélée :
« Czarna Krowa ». A l’origine des savants chercheurs musicologues notaient « Barna Krowa » gez (ou ger) VB Bakfark inconnu jusqu’à présent avant de corriger « Cz ». Daniel Benko (à qui nous sommes redevable de l’édition intégrale des œuvres de Bakfark) et István Homoloya notent « gek » sans le moindre commentaire à ce sujet … C’est du néerlandais (signifie « super »), pas de l’allemand ; cela ne convient donc pas. A bien comparer l’écriture du titre avec par exemple celui de la pièce n° 41, « passamezo » il apparaît sans l’ombre d’un doute que le «ez » concorde. C’est donc bien « gez » qui est écrit. « Gez » (ou « Gez.») est tout simplement l’abréviation (officielle) de « Gezeichnet » - Il faut donc comprendre « Gezeichnet Valentin Bakfark » ; cela signifie littéralement « signé Valentin Bakfark ». Or cette tablature est de la main du copiste et signée par lui sans trace de signature ou d’écriture de Bakfark. Ce copiste donne d’ailleurs, fort étrange coïncidence … mais en est-ce vraiment une ? , son nom juste avant (folio 123r) « hec (haec) feci Schweiden » (« C’est fait par Schweiden »). Ce nom reprend la lettre S du monogramme qui apparaît à la fin des pièces. Il faut en déduire un trait humoristique de l’auteur d’autant qu’il s’agit de l’unique pièce où apparaît «gez/signé».

L’interprétation doit être fidèle à un original signé, de la main de Bakfark que Schweiden a copié du mieux qu’il a pu. Cela donne, bien sûr, une plus grande certitude et valeur quant à l’authenticité de la pièce. Cela laisse même une possibilité (ce serait un cas unique dans l’œuvre retrouvée de Bakfark ; en dehors de ses fantaisies, on n’a pas de pièce entièrement créée par Bakfark) de pièce conçue à l’origine par Bakfark ; ce qui expliquerait l’absence de concordance à ce jour.
Un grand merci à la SFL et à Pascale Boquet pour m'avoir aidé à davantage faire connaître cette si belle pièce de Bálint/Valentin Bakfark :
" Si le luth parlait
Alors il dirait :
Laissez moi à Bakfark
Et jouez tous de la cornemuse ! "
Jan Kochanowski (1530-1584) poète polonais, le "père de la poésie polonaise ".

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »