L'ÉNIGME DE LA DAME DE BEAULTÉ

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 571
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

L'ÉNIGME DE LA DAME DE BEAULTÉ

Message par Roger Traversac » lun. 30 mars 2015, 10:25

"Dame de Beaulté "Chanson à 4 voix mixtes de Clément Morel (Attaingnant , Livre Premier, 1535). Version pour luth glosée d'Hans Newsidler "Das erst Buch" 1544.
Song for 4 voices by Clément Morel (Attaingnant, First book, 1535). Lute version with a glose by Hans Newsidler (c. 1508/9 - 1563) "Das erst Buch" 1544. The Lute Society Music Editions edited and transcribed into french tablature by STEWART McCOY.
"Dame de Beaulté, Dame de Beaulté, je vous prie, que vostre cueur, que vostre cueur, vous me donnez , Et tandis que seray en vie, De mon cueur, de mon cueur maistresse serez, De mon cueur , de mon cueur maistresse serez."
"Lady of beauty, Lady of beauty, I beg today, that your kind heart , that your kind heart, you give to me, And just as long as life in me stays, My lady , my lady you will always be, My lady, my lady, you will always be."
French Chansons Early Chansons with English and French Texts Transcribed and edited by Albert Seay Summy-Birchard Publishing Company Evanston Illinois (1957)
Agnès Sorel,(C.1422-1450) maîtresse du roi Charles VII n'a pas le " monopole de la beauté " mais elle était environ un siècle avant cette publication doublement " Dame de Beaulté " : de par son surnom et de par sa propriété du même nom, Beauté sur Marne.
Approximativement à l'époque de cette publication, le roi François Premier (1494-1547) se recueille sur sa tombe et lui dédie vers 1522 ce quatrain :

" Gentille Agnès plus de los en mérite,
La cause étant de France recouvrer,
Que ce que peut dedans un cloistre ouvrer
Close nonain ou bien dévot ermite. "

" Agnès de "Belle Agnès " retiendra le surnom
Tant que de la Beauté Beauté sera le nom ! "

Jean-Antoine de Baif

Enfin, il était gravé dans le tympan du fronton de la porte d'entrée de son mausolée :
"JE SUIS AGNÈS ; VIVE FRANCE ET L'AMOUR ! "

Il est donc fort probable que l'origine de de cette belle chanson, dont la date d'édition (1535) cadre parfaitement avec celle de création du fameux quatrain de François Ier (1522), dédiée à toutes nos "Myes" soit liée à cela.

J'ai eu la chance de faire coïncider les versions chantées et pour luth solo par le passé avec mes amis flûtistes amateurs qui ont du bec et une bonne chanteuse à voix. Ma déjà très ancienne vidéo d'amateur sans prétention se trouve sur Youtube si vous supportez mon faible niveau.
Je propose ceci afin de faire connaître cette pièce qui le mérite et je serais ravi que cette pièce soit transcrite à la guitare ou sur un autre instrument de la famille, bref ravi qu'elle vive à travers nos interprétations.
A vous lire, bien amicalement,

Roger

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »