L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » sam. 04 avril 2015, 18:37

POURQUOY ALLEZ VOUS SEULLETTE Francesco da Milano (1536)
Un air qui me fascine ... D'autant qu'il ouvre des horizons étonnantes :

Pourquoy allez vous seulette ( Per quoy vo soleta)
s.d., fol.26 Francesco Canova Da Milano 1535 ou 1536 (N°107 Arthur Ness The Lute Music of Francesco Canova da Milano)
Chanson anonyme publiée en 1535 dans plusieurs recueils en italien et en français :
Anonymous song published in 1535 in many italian publications :

" Pourquoy alle vous seullette Marionnette
Pourquoy alle vous seullette Marion
Je revenoit de Peronne

Marionette (avec là un seul " n ") pourquoy allé vous seullette
Marion Ien rencontray une nonne
que jamais ne côgneult home (homme) Marionette

Pourquoy allé vous seullette Marion
que jamais ne congneult home
fors à le filz düg grät conte Marionette

Pourquoy allé vous seullette Marion "

L'héroïne de cette chanson dont la scène se passe à Péronne dans la Somme, pourrait être Marie-Catherine, femme de l' Eslu de Poix (dite selon la légende " Marie Fouré ") qui défendit la belle ville de Péronne en Picardie et en fut l' héroïne en 1536 (un an après cette chanson).

The hero of this song could be Mary-Catarina wife of l'Eslu from Poix (the legendary Mary Fouré). In fact in 1535 her husband had to flee away for a few months because he was protestant (just after the famous " affaire des placards "). But as he was a great friend of the king (François Ier) he could come back soon. He was fighting with his wife as "porte-enseigne " during the summer of 1536 for the king of France.
So the strange thing is that his wife being slightly mockingly, humorously treated in the song seems to have a kind of revenge a few months later in the fight, being the main " hero ". So with the song in 1535 followed by the story of her so brave behavio(u)r in the fight we are really in front of an extraordinary woman, indeed !
Her husband (rather from Carcassonne, south west of France) had a father who had been " Connétable ".

La légende raconte que lors du siège de 1536, Marie Fouré se trouvant non loin des remparts vit un soldat ennemi, tentant de poser pied dans l'enceinte de la ville. Ce dernier portait l'étendard ennemi et devait le planter pour marquer la prise de Péronne.
Or Marie Fouré se rendit sur le rempart et précipita le soldat dans le vide, saisissant néanmoins son étendard. Elle alla, ensuite, au cœur de la cité, munie de l'étendard ennemi. Elle y fut acclamée, car elle avait donné la victoire à la ville.
Elle fut récompensée par les instances royales, lui donnant droit à certains privilèges, à elle ainsi qu'à sa descendance.
Cette Dame imaginaire est en réalité l'épouse de Jean-François de La Rocque seigneur de Roberval (Oise), fils d'un Connétable et surnommé l'élu de Poix en raison de ses possessions à Poix-Terron. Ce titre figure sur son portrait par Jean Clouet conservé au château de Chantilly.
Jean-François a dû s'enfuir, étant protestant fin 1534, début 1535 après " L'affaire des placards " l'année même de la publication de la chanson.
Marie était donc effectivement " seul(l)ette " quand la chanson a été composée ... et elle était effectivement nonne en un sens... menant une " vie de nonne " à cette époque ! Puisqu' elle n' aurait connu qu'un seule homme ... son mari, comme le dit la chanson.Enfin, son mari combattit pour Péronne en qualité de porte-enseigne (porte-drapeau). Sa femme, connaissant par son mari l'importance de l'étendard n' aura pas hésité à saisir celui d'un soldat ennemi.

" Il arriva une femme toute triomphante avec un étendart en main,qui crioit victoire gagnée. Elle fut reçue comme une autre Judith chargée des dépouilles de son ennemy ... "

Relation du siège mémorable de la ville de Péronne en 1536 composée par le père Fenier religieux minime (1682) à l'aide d'un ancien mémoire d'un bourgeois de la ville (et d'un autre) écrit du temps du siège même. Auteurs primitifs Quentin et de Vaux.

Mes plus vifs remerciements à l'Office de Tourisme de la Ville de Péronne et à la Société archéologique de la ville de Péronne qui demeure dubitative quant à l'existence réelle de Marie Fouré. La bannière du siège, un ex-voto, représente pourtant cet épisode légendaire et la Société archéologique le reconnaît bien volontiers.

Trois bonnes interprétations de la version instrumentale de Francesco Canova da Milano en CD :
Deux par Paul O'dette et une par Paul Beier. Je n'en connais pas d'autre à l'heure actuelle.
Dans l'espoir de vous avoir intéressé ...

Roger, " Oncle Paul ... pour la circonstance "

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » sam. 04 avril 2015, 18:43

Une " Messe " est accessible sur ce thème mais, mis à par la partie musicale chantée, les paroles pour cette Messe, n'ont bien évidemment aucun rapport.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » sam. 04 avril 2015, 21:13

Pourquoy allez vous seullette.jpg
Pour les passionnés par cet air, comme moi ; je joins la tablature avec mes doigtés qui me semblent convenir.
Pour une version solfège qui m'a permis de trouver les tenues, il y a par exemple, le livre d'Arthur Ness consacré à Francesco Canova Da Milano :
pages 277 à 279.
Je n'ai, bien évidement pas la prétention de bien jouer cette pièce d'un haut niveau mais c'est déjà une satisfaction de la passer, même trop lentement et avec une instabilité rythmique.
A vous lire, à vos lyres ...

P.J. 1
Vous ne pouvez pas consulter les fichiers insérés à ce message.

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5440
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Elisabeth Calvet » sam. 04 avril 2015, 21:26

Et alors, Roger, de quelle messe s'agit-il ?

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » sam. 04 avril 2015, 22:19

Elisabeth Calvet a écrit :Et alors, Roger, de quelle messe s'agit-il ?
Merci, Elisabeth. Voici en petits formats la première page de la Missa Pourquoy alles vous seullette (texte religieux en Latin, bien sûr) et les paroles et solfège de l'original de la chanson. Comme pour la plupart des Messes de cette époque, c'est postérieur à la chanson. J'ai la messe liée à la chanson sur le Pont d'Avignon (en fait, on dansait sous le pont qui traversait l' Ile de la Barthelasse pour rejoindre Villeneuve) avec des paroles religieuses n'ayant rien à voir et un bref passage reprenant le thème de la chanson.
P.J. 2 A vous lire, Roger
Messe.jpg
Chanson.jpg
Vous ne pouvez pas consulter les fichiers insérés à ce message.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » mer. 04 novembre 2015, 17:36

Nouvel apport :
" On voit encore actuellement dans les comptes de recette & de dépense de cette ville, pour l'année 1536, un article de 8 liv. 4f. payés à Charles Milet, Orfèvre, pour par lui avoir fait & livré 8 P. couronnés en argent doré, donnés aux Officiers de ladite ville, & un neuvième aussi donné à la femme de M. Depoix, L'Elu, pour porter en signe de la victoire ... détails fournis par M. Huet, Lieutenant Criminel au Bailliage de Péronne ..."
P.261 Riballier De l'éducation physique et morale des Femmes A Bruxelles et se trouve à Paris Chez les Freres Estienne, Libraires, rue Saint-Jacques, à la Vertu. M.DCC. LXXIX. (publié en 1778). Merci à Google ...

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » mer. 04 novembre 2015, 22:58

Blason_Peronne.png
Bingo ! Mais oui, mais c'est bien sûr ... Le P.couronné mentionné offert notamment à notre héroïne (pure) correspond au blason de la ville joint.
Du XVème au XVII éme siècle, Péronne a formé avec Montdidier et Roye un gouvernement indépendant séparé de celui de la Picardie.
Péronne a un magnifique blason : d'Azur aux trois fleurs de lis d'or, à la lettre P capitale couronnée du même en abîme.
Vous ne pouvez pas consulter les fichiers insérés à ce message.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » dim. 29 novembre 2015, 15:47

C'est le roi François Ier qui a autorisé la ville de Péronne, juste après le siège de 1536 a avoir ce " P couronné "doré sur son blason. Je travaille cette pièce tous les jours depuis plus d'un mois ... et je ne suis jamais content de moi ... Il faut dire qu'il n'y a aucune concession dans les doigtés, notamment de main gauche.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » ven. 11 mars 2016, 22:02

Un article beaucoup plus fouillé, travaillé, exhaustif ... devrait paraître dans les mois à venir. Finalement, bien sûr, on laisse la place au doute et j' avoue que comme me l'a suggéré avec humour un ami, en étant le plus juste possible (rien n'est caché) je me retrouve finalement personnellement avec les deux plateaux à l'horizontale d'une balance (inventée seulement au XVIIème siècle) de Roberval ! (nom de l'Eslu,le mari de Marie-Catherine) ... Signe d'équilibre. Entre les deux possibilités évoquées, mon coeur balance ! La balance de Roberval, c'est comme nous le savons, le symbole de la justice ... A bientôt, donc ...

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » lun. 04 juillet 2016, 11:59

L'article est paru. Merci à la SFL et à Pascale Boquet pour le soutien sans faille et la qualité. Il me reste à recontacter la Mairie de cette superbe ville de Péronne afin d'essayer d'aller encore plus loin tant qu'à faire auprès d'historiens locaux spécialisés dans la Renaissance.

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 480
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: L'héroïne de Péronne chantée, Messe, luth ?

Message par Roger Traversac » dim. 16 octobre 2016, 13:14

Comme les recherches ne s'arrêtent jamais, petit apport avec un indice de plus concernant le côté " Picard " avec la découverte que le " s " dans le titre de la messe " Pourquoy alles... " (et pas " allez " avec un " z ") est typiquement Picard de l'époque. Or, le compositeur Claudin de Sermisy était Picard. Ref/ 1395 époque où fut composé le Mystère de Grisélidis - Français de l'Ile de France. Rimes ou formes particulières au Picard (Notamment dans la confusion de " s " avec " z " ...). Dans la chanson il n'y a ni " s " ni " z " mais juste " alle " d'imprimé. Cette pratique Picarde aura donc perduré
bien plus d'un siècle.

Revenir vers « Luths, guitare baroque et renaissance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 0 invité