WHAT IF/WHAT IS/ A DAY ?

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 433
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

WHAT IF/WHAT IS/ A DAY ?

Messagepar Roger Traversac » mer. 08 avril 2015, 16:57

Innombrables enregistrements disponibles mais sans être " oisif " :
Le poème est de Thomas Campion (1567-1620). Reconnu comme le plus grand musicien-poète d'Angleterre. Il apparaît (pièce N° 17 avec la première strophe) en 1606 à Londres, mis en musique dans "An Howres Recreation in Musicke, apt for Instruments and Voyces " de Richard Allison, Gentleman and practitioner .
C'est devenu une "ballade traditionnelle".
Version simple trouvée dans le "Jane Pickeringe' s Lutebook" . Version plus élaborée écrite de la main de John Dowland (1610) dans le "The Folger Dowland Manscript". folio 23r.

Voici les paroles de la première strophe et leur traduction mis en vers en français :
WHAT IF A DAY

What if a day, or a month or a year
Crown thy desires with a thousand sweet contentings ?
Cannot a chance of a night or an hour
Cross thy delights with as many sad tormentings ?
Fortune, honour, beauty, youth,
Are but blossoms dying ;
Wanton pleasure, doting love,
Are but shadows flying.
All our joys
Are but Toys,
Idle thoughts deceiving.
None have power
Of an hour
In their lives' bereaving.

POURQUOI FAUT-IL

Pourquoi faut' il qu'un an, un mois, un jour
Apporte à tes désirs mille contentements,
Si d'une heure, d'une nuit, le retour
Peut flétrir tout bonheur d'autant de noirs tourments ?
Fortune, honneur, beauté, jeune âge
Sont frais bouquets d'antan,
Etreinte, amour fou, badinage,
Ombres nous désertant.
Sont nos fêtes
Jouets bêtes,
Passes d'esprit qui ment.
Nul n'ordonne
L'heure où sonne
Des vies le dénuement.

Philippe de Rothschild (Poèmes élisabéthains SEGHERS)

Lien avec vidéo chantée :
http://www.youtube.com/watch?v=sZsT4lWg5Go

Avec un ton plus léger, voici le même sujet traité en 1593 par le chanoine de Saint-Gatien de Tours, François Béroalde, sieur de Verville, gentilhomme Parisien dans
" Le Moyen de Parvenir" :
LIV.-Epistre
" Un prescheur fit une ample déclaration des pechez :
Pere et mere honoreras,
Afin d'avoir bien de l' argent.
L'oeuvre de chair n'accompliras,
Qu'avec les belles seulement.
Faux tesmoignage ne diras,
Qu'en mariage seulement.

Mais celuy qui paillarde, helas ! que fait-il ? Il f..... Si cela duroit toute la vie ! Que dis-je toute la vie ? S'il duroit un an !
que dis-je un an ? S'il duroit un mois ! Que dis-je un mois ?
S'il duroit un jour ! que dis-je un jour ? S'il duroit une heure !
Que dis-je, helas une heure ? Helas ! Le puis-je bien dire aux pauvres devoyez ? Helas ! quoy ? Il ne faut que zac, zac, zac :
voylà une pauvre âme damnée. "
... " Et en ce peché de luxure ? Et que pensez-vous que ce soit ? C'est une petite planche qui n'est pas plus large que deux doigts, sur laquelle estant, soudain on tresbuche. "

Honni soit qui mâle y panse ... " Honni soit qui mal y pense ... "

Si vous avez d'autres indications au sujet de ces titres et paroles, vous satisferez notre convoitise.
Dans l'espoir de vous avoir amusé. Bien amicalement, Roger

Revenir vers « Luths, guitare baroque et renaissance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 1 invité