François Campion, prelude en ré mineur

Nous discutons ici du niveau de difficulté des oeuvres pour guitare classique, que ce soit sous forme de partition (PDF) ou d'enregistrement (MP3 ou WMV). Le but étant de renseigner la difficulté d'une oeuvre aussi exactement que possible, de façon à faire gagner du temps à celui qui veut travailler une oeuvre. Notre classement se fait par rapport aux années d'études en écoles de musique, au sein d'une échelle allant de 1 à 12.
Règles du forum
Nous discutons ici du niveau de difficulté des oeuvres pour guitare classique, que ce soit sous forme de partition (PDF) ou d'enregistrement (MP3 ou WMV). Le but étant de renseigner la difficulté d'une oeuvre aussi exactement que possible, de façon à faire gagner du temps à celui qui veut travailler une oeuvre. Notre classement se fait par rapport aux années d'études en écoles de musique, au sein d'une échelle allant de 1 à 12.
Hervé
Messages : 71
Inscription : sam. 27 mai 2017, 16:37

François Campion, prelude en ré mineur

Message par Hervé » sam. 03 juin 2017, 14:48

Bonjour à tous,

j'étudie en ce moment le petit prélude en ré mineur de Campion (D.4 de Delcamp si je ne m'abuse). mais j'ai aussi d'autres versions, en particulier celle des éditions Breitkopf et une autre encore et elles sont toutes les trois assez différentes, le doigté évidemment, mais ça ce n'est pas trop grave, car on peut travailler soi-meme au meilleur doigté que nous sentons le mieux, n'est-ce pas ? Encore faut-il pour établir le doigté etre bien sur de la partition choisie... Et là commence le probème. Jean-François a choisi dans plusieurs cas de transposer la "basse" d'un octave ce qui enrichit considérablement le phrasé, donc je trouve ça intéressant, mais y a-t-il des règles ? ou est-ce laissé au gré du transcripteur ? Je pense qu'au temps de campion, la guitare avait 5 cordes, juste ? Donc avec notre sixième, on peut très bien transposer l'octave en dessous en pensant que si Campion avait eu 6 cordes il l'aurait fait, mais "philologiquement", (si tenté que la philologie doit-etre prise en considération) est-il plus juste de restituer exactement le manuscrit de Campion ou bien de penser que probablement, si il avait eu cette sixième corde, il aurait lui-meme ajouter cette basse ? De plus cette transposition n'est pas toujours possible, il faut choisir là aussi, comme l'a très bien fait Jean-François.
L'autre problème, encore plus flou pour moi est que certaines notes sont aussi différentes, un sol à la place d'un ré.. un accord qui peut-etre présent dans une partition ou bien absent. L'absence totale d'ornementation chez Delcamp, quelques ornementations sur le Breitkopf, de nombreuses sur la troisième édition... En conclusion, je ne suis pas là en train de demander qui a tort ou raison, je ne cherche pas à critiquer... Je veux seulement exprimer le désarroi de l'interprète confronté à trois versions de la meme pièce (et de plus une pièce brève!) , mais notablement différentes. Evidemment, ce discours ne se borne pas à Campion. Pour les variations sur un thème de Mozart de Sor, j'ai pu voir également trois ou quatre versions notablement différentes et pourtant Sor est un auteur plus moderne ! On devrait avoir un original non ? Et par ailleurs il y a des transcripteurs qui étaient peut-etre a la mode il y a 20 ans et qui ne le sont plus aujourd'hui... comment y voir clair ? J'entends des critiques sur Scheit, des critiques sur Segovia, des critiques sur Chiesa, mais alors, comment faire ?
Comment puis-je décider généralement laquelle des versions est la bonne pour l'étude... faut-il que je fasse moi-meme des choix pour définir une version personnelle ?
Voila il y a beaucoup de questions dans ce post, mais je pense que j'ai pu exprimer le problème (sinon l'angoisse) du guitariste avant de se mettre au travail... Plus spécifiquement pour l'oeuvre de Campion, mais il ne s'agit pas seulement du prélude, mais aussi de la gigue et probablement de toutes ses oeuvres... j'aimerais poursuivre la discussion plus en détail si quelqu'un y est intéressé
Merci, :bye:

Avatar de l’utilisateur
Marieh
Messages : 4033
Inscription : dim. 22 mars 2009, 22:01

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Marieh » sam. 03 juin 2017, 15:29

Hervé a écrit :
sam. 03 juin 2017, 14:48
. faut-il que je fasse moi-meme des choix pour définir une version personnelle ?
Hé oui... :mrgreen:

Là, une autre transcription (la mienne) avec le fac-similé :
viewtopic.php?f=163&t=34014&hilit

Avatar de l’utilisateur
Bernard Corneloup
Modérateur en chef
Messages : 9194
Inscription : lun. 31 août 2009, 16:41
Localisation : Lyon

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Bernard Corneloup » sam. 03 juin 2017, 17:18

Hervé a écrit :
sam. 03 juin 2017, 14:48
... j'ai pu voir également trois ou quatre versions notablement différentes et pourtant Sor est un auteur plus moderne ! On devrait avoir un original non ?
En effet, là : partitions/fernandosor.html
En général les versions de Jean-François se veulent au plus près des originaux.
L'homme qui n'a pas de musique en lui et qui n'est pas ému par le concert des sons harmonieux est propre aux trahisons, aux stratagèmes et aux rapines (William Shakespeare, Le marchand de Venise) | élève du cours en ligne D07

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5462
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Elisabeth Calvet » sam. 03 juin 2017, 19:59

Bonjour Hervé,
Il me semble que quand on se pose ces questions que tu te poses, on est prêt à faire ses propres transcriptions...
En s'aidant, bien sûr, s'il y en a, de celles déjà faites.
Mais c'est bien de partir de l'original, en choisissant toi-même ce que tu gardes ou pas...

Hervé
Messages : 71
Inscription : sam. 27 mai 2017, 16:37

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Hervé » sam. 03 juin 2017, 20:09

Merci Marieh, c'est très proche de l'édition Breitkopf, memes ornementations, quelques infimes modif, c'est très propre... je vais me lancer dans le doigté, merci

Hervé
Messages : 71
Inscription : sam. 27 mai 2017, 16:37

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Hervé » sam. 03 juin 2017, 20:11

Merci Bernard de tes indications, je ne connaissais pas en effet l'original de Sor, très intéressant, A ce point, je ne comprends pas du tout pourquoi certains ne joue pas la première partie (introduction), ça n'a pas grand sens !
Pour le discours plsu général, j'espère qu'on y reviendra...

Hervé Bordas

Hervé
Messages : 71
Inscription : sam. 27 mai 2017, 16:37

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Hervé » sam. 03 juin 2017, 20:15

Bonjour Elisabeth, merci de ta réponse, bien sur, c'est tentant, mais c'est aussi tentant de faire confiance à tant de maitres certainement plus doués que nous et plus musiciens avec de solides bases de théorie et si on n'a pas tout-à-fait ce niveau-là, (et c'est loin d'etre mon cas) on risque de faire des betises en voulant se faire trop plaisir... Retirer une note, inventer des ornementations, complèter ou non un accord... c'est risqué par rapport au "texte" non ?
Hervé

Avatar de l’utilisateur
Marieh
Messages : 4033
Inscription : dim. 22 mars 2009, 22:01

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Marieh » sam. 03 juin 2017, 20:22

Hervé a écrit :
sam. 03 juin 2017, 20:15
Retirer une note, inventer des ornementations, complèter ou non un accord... c'est risqué par rapport au "texte" non ?
Si ça ce trouve, c'est exactement ce qu'a fait François Campion avec un thème plus ancien.

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5462
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: François Campion, prelude en ré mineur

Message par Elisabeth Calvet » dim. 04 juin 2017, 14:23

Hervé a écrit :
sam. 03 juin 2017, 20:15
Bonjour Elisabeth, merci de ta réponse, bien sur, c'est tentant, mais c'est aussi tentant de faire confiance à tant de maitres certainement plus doués que nous et plus musiciens avec de solides bases de théorie et si on n'a pas tout-à-fait ce niveau-là, (et c'est loin d'etre mon cas) on risque de faire des betises en voulant se faire trop plaisir... Retirer une note, inventer des ornementations, complèter ou non un accord... c'est risqué par rapport au "texte" non ?
Hervé
C'est en faisant qu'on devient faiseur...
Il ne s'agit pas de retirer ou rajouter des notes, en général, ni d'inventer des ornementations, mais de voir quel est le meilleur parti que l'on peut tirer d'un texte en tenant compte des particularités de son instrument.
La transcription est un univers très intéressant, et il ne faut pas avoir peur de faire des bêtises (qui n'en sont pas toujours, d'ailleurs).

Revenir vers « La difficulté des oeuvres pour guitare classique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 0 invité