Parlons d'Art, mais parlons bien !

Sont placées ici les discussions qui ont perdu de leur intérêt, soit parce que le mp3 qui motivait la discussion n'y est plus, soit parce que le membre qui se présentait n'est plus membre etc... C'est mieux que de supprimer le fil de discussion dans la mesure ou : plus on a de messages plus on a accès aux ressources du forum, la suppression d'une discussion ferait perdre des messages à tous les membres qui ont participé aux discussions en question. Ce forum est seulement en lecture, il n'est pas possible de répondre aux messages ou de créer un nouveau sujet.
Règles du forum
Sont placées ici les discussions qui ont perdu de leur intérêt, soit parce que le mp3 qui motivait la discussion n'y est plus, soit parce que le membre qui se présentait n'est plus membre etc... C'est mieux que de supprimer le fil de discussion dans la mesure ou : plus on a de messages plus on a accès aux ressources du forum, la suppression d'une discussion ferait perdre des messages à tous les membres qui ont participé aux discussions en question. Ce forum est seulement en lecture, il n'est pas possible de répondre aux messages ou de créer un nouveau sujet.
frankie

Parlons d'Art, mais parlons bien !

Message par frankie » ven. 14 mars 2014, 19:26

Je propose d'ouvrir un fil sérieux où sont libres de s'exprimer ceux qui veulent enrichir la discussion. Les hors-sujets et phrases à la petite semaine qui n'apportent rien ne sont pas désirables. Quant aux attaques personnelles qui polluent ce site, elles seront renvoyées aux modérateurs !
Je reprends quelques réflexions tirées d'un fil qui a totalement dérapé depuis son introduction, suite à des intentions préalables que je jugerais malsaines. Ce faisant, je souhaite seulement recentrer la question sur une réflexion initiée par candelito, que je vais donc citer plusieurs fois.

Candelito a écrit il y a quelques jours :
Ceci fait, [...votre réflexion est censée et...] on pourrait alors [...séparer les aspects divers de la choses et...] se poser plusieurs questions :

1- L'Art a t'il quelque chose à voir avec la qualité objective de "l'objet" concerné ?
2-L'Art a t il quelque chose à voir avec la façon dont l'objet est fabriqué ?
3- Une "machine" crée par un être humain peut-elle faire mieux qu'un être humain ?
4- L'Art est il individuel ou collectif ?
5- quel est le "contrat" de l'Art ?


J'avais répondu ce qui suit.
Intéressant comme questionnement. Pour commencer, je demanderais :
L'Art a-t-il une finalité, et si oui laquelle ?
A la question 3, je réponds sans réfléchir qu'une oeuvre d'Art se caractérise aussi par ses défauts intrinsèques (son absence apparente peut troubler..), qu'une machine n'est pas censée posséder.
A la question 4, je dirais que c'est hors sujet. Les deux se conçoivent, et sans culture sous-jacente, pas d'Art.
Les questions 1 et 2 ne sont pas claires pour moi. Pourrais-tu les expliciter ? Sous-entends-tu par exemple que le mode de production aurait son importance lors même qu'il serait invisible dans l'objet réalisé le finalisant ?

frankie


candelito avait répondu :
J'ai jeté ces idées un peu au hasard, juste pour questionnement .

ceci dit ... La finalité de l'Art, le contrat, je pense l'avoir donné ... mais cela m'est peut-être seulement personnel : La Relation, le lien. Le lien entre l'acteur, l'utilisateur, le contemplateur, qu'importe ! Le LIEN .
Donc à la base le sens RELIGION ( RELIGERE = Relier) ... Ça devait bien être l'idée de notre JS BACH !

Le beau ou le laid n'a rien à voir là-dedans.
La 1= Je répond NON ! qu'importe la qualité "objective" , objectivement Il y a des œuvres d'Art réussies et d'autres pas du tout ...mais toute œuvre objectivement ratée reste une œuvre d'art si elle communique subjectivement.
La 2- parle de la technique employée ... là , je pense que l'impératif est qu'il y ait à la base l'engagement personnel d'un homme qui a eu une initiation et qui la transcende.
La 3 - oui, une machine peut faire objectivement mieux qu'un humain, mais elle ne communiquera rien, je pense. Car c'est quoi qui communique ? je pense à ces "imperfections" humaines qui donnent une personnalité, cette inconstance qui transmet l'hésitation, et qui se résous. Le génie est là, dans la transmission que l'objet est vivant et est fabriqué sous nos yeux : là, l'artiste a raté, et il s'est rattrapé dans un trait de génie instantané qui rend la chose vivante. On voit qu'il a interprété et que ça ressort encore mieux que prévu. Bref, il se surprend et il surprend. La faute est toujours présente, l'art est dans la façon de la traiter comme vivante. L'Art Japonais utilise chaque défaut de la matière vivante pour lui faire dire son essence. On ne le masque pas, on l'interprète.
La perfection n'est pas dans le figé, le stable, la perfection est dans un mouvement vivant.
La 4 L'Art peut être collectif : une cathédrale. ou individuel ...

candelito


Suivi de :
Message par frankie » Jeudi 13 Mars 2014, 22:01
D'accord avec toi sur pas mal de points. Je te rassure (?) : je n'ai pas l'intention de pondre une thèse sur le sujet ! Mais je rebondis (paresseusement il est vrai) sur ton questionnement, pas aussi maladroit que tu sembles le dire.

La finalité de l'Art, c'est le lien, etc (attention, je ne synthétise pas, je pense comprendre ce que tu dis et donc ne développe pas plus avant). Une dualité humaine assez incontournable, c'est l'existence d'objets (de phénomènes, d'êtres, de ce que l'on voudra...) et de liens (relations, rapports, idem...) entre eux. Les uns et les autres sont concomitants, si on veut que quelque chose d'intéressant arrive. Un interprète pense et produit un objet artistique, et le soumet à une seconde personne qui le transforme à sa façon. Dans tout cela, il y a donc des objets et des relations, de façon inséparable, même si l'on souhaite les distinguer méticuleusement pour les discuter séparément.

Question 1 : par "objective", tu exprimes, me semble-t-il, ce que j'appellerais "normative". Donc, d'accord. Et pourtant, il y plus ou moins consensus sur ce que l'on attend d'un artiste (classique a fortiori) qui se produit sur scène, et en amont sur le type de travail qu'il doit effectuer sur une oeuvre. C'est la question cruciale en fait !

Question 2 : un engagement personnel ne conduit pas à de l'art. Par contre, il en faut pour de l'art. Ne serait-ce que par le temps investi ! Quant à l'éloignement que l'on intercale entre soi et l'oeuvre d'Art, c'est une question de distanciation où les réponses sont multiples (pour mémoire, l'opposition radicale entre la vision classique du théâtre et celle de B. Brecht).

La technique est le moyen mis au service d'une intention. Mais le sentiment artistique ne recoupe que partiellement la technique mise en oeuvre. On peut être technique et ennuyeux, ou l'inverse, c'est bien connu.

Question 3 : ta réflexion me fait penser à J.M. Jarre, ou certaines oeuvres classiques jugées comme "rhétoriques", ou des techniques d'écriture littéraire communément enseignées. A première vue, elle semble convaincante. Au second regard, elle suppose que l'on ait une intention dans tout ce que l'on fait, ou que l'auditeur la ressente, et là je suis plus sceptique, car c'est la notion d'intention qui demande une interprétation radicale et très variable.

La perfection n'est pas dans le figé, le stable, la perfection est dans un mouvement vivant. Ce fut pourtant le cas, par exemple dans l'art grec antique. Certains sont plus sensibles aux régularités, d'autres aux anomalies (contrôlées en général). Question de culture entre autres...

Quant au "contrat" de l'Art, je ne comprends pas bien où tu veux en venir. Sachant que personnellement je suis incapable de définir ce qu'on appelle l'Art... Sauf à faire un choix régalien... que ma situation ne justifie pas.


Tout ça un peu "brouillis", je le concède, mais avec le plaisir de te répondre.


J'ai également lu et retenu (de candelito encore) :
Dire que : "L'Art n'a pas une fonction définie", ça ne signifie pas que si quelque chose a une fonction, c'est "donc" pas de l'ART ... le "donc" est faux !

L'Art provient d'un être humain qui est capable d’émettre une émotion assez cohérente et puissante et de la "poser" sur un "objet" : partition, guitare, tableau, son, sculpture, de telle manière que d'autres personnes puissent ressentir leur propre émotion aussi cohérente et puissante aux tréfonds d'eux-mêmes pour l’interpréter à travers leur art à eux et la transmettre à d'autres ... etc...
C'est un lien qui unit !

Ce qu'on "attend" d'un artiste est déjà avouer rechercher NOTRE propre émotion ... pourtant cela même parfois nous détourne de faire l'expérience de la découverte.
Lorsque vous découvrez une guitare de Luthier par exemple, il y a 2 façons de se comporter :
1- Jouer ce qu'on sait jouer de la façon qu'on sait le jouer et essayer de l'imposer à la guitare ... on en déduit +1 si elle "suit" et -1 si elle ne suit pas ! et on émet alors un jugement sur la guitare.
Ce jugement sera notre propre limitation.
2- On "laisse jouer" la guitare sans la forcer, on va dans son sens, on accepte de la découvrir on appuie ce qui va bien et on le pousse en avant et là parfois tout un monde nous est ouvert et qui va bien plus loin que ce que nous aurions pu "attendre" de la guitare. On ressent qu'elle a du "potentiel" ...

On met trop souvent nos maigres connaissances en barrière à des expériences qui nous feraient progresser. L'Art nous PROPOSE quelque chose. Il ne s'impose pas normativement.

La musique ne "sert' à rien ! Elle EST ... naturellement née de l'intention de s'exprimer et de communiquer... l'intention étant une "tension-vers" ...


Puis celime (en partie) :
La définition de Wikipédia est pas mal:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Art

L’art est une activité humaine, le produit de cette activité ou l'idée que l'on s'en fait, s'adressant délibérément aux sens, aux émotions et à l'intellect. On peut dire que l'art est le propre de l'homme, ce qui le distingue au sein de la nature, et que cette activité n'a pas de fonction clairement définie.


Et domi :
Si on prend la dernière partie de la définition (qui vaut ce qu'elle vaut, mais pour discuter des choses, il faut essayer de les définir), la lutherie a une fonction clairement définie.

Pierre Meurisse :

domi38 a écrit :Si on prend la dernière partie de la définition (qui vaut ce qu'elle vaut, mais pour discuter des choses, il faut essayer de les définir), la lutherie a une fonction clairement définie. :)
Oui, mais ici il s'agit de l'art, et non de la lutherie, qui doit avoir une fonction non clairement définie. L'art peut comporter la lutherie (?), la musique, la peinture, la sculpture ...
Pierre


Puis Domi :
Je ne comprends pas ce que tu veux dire.
La musique ne sert qu'à être écouter,et on peut s'en passer (plein de gens y arrivent), la peinture ne sert qu'à être regardée etc... Le luthier fabrique des guitares qui permettent de faire de la musique. La fonction est clairement définie. L'instrument est l'outil du musicien. Un fabricant de pinceaux (fussent-ils exceptionnels, poil de martre et bois précieux) est-il un artiste dans l'exercice de son travail?


La définition de wikipedia me semble d'un flou "artistique" complet, et ne permet pas de poser la moindre problématique.

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 7719
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Re: Parlons d'Art, mais parlons bien !

Message par Jean-François Delcamp » ven. 14 mars 2014, 20:10

Bonjour Frankie,
je suis désolé,
j'avais prévenu ici que je demandais à ce que la discussion ne soit pas poursuivie ailleurs.
Je regrette de fermer votre discussion.

Vos prochains messages seront soumis à modération préalable.
:( + ♫ = :)

Revenir vers « Archives du forum »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 2 invités