Interpretation libre dans la musique classique?

Papypoch

Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Papypoch » lun. 06 décembre 2010, 11:49

Bonjour à tous,
J’ai une petite question au sujet de l’interprétation libre dans la musique classique à la guitare et j’aurai aimé savoir ce que vous en pensiez ?
Je viens du monde de l’orgue, pour cet instrument, il existe diverses partitions écrites légèrement, laissant libre l’organiste d’interpréter et de fleurir à sa guise tout en respectant certaine règle de la musique liturgique.
Je me demandai si dans la musique classique à la guitare l’on pouvait aussi parfois sortir des sentiers battus ou si, comme le veux généralement l’écriture classique, l’ont devait plutôt rester à suivre le plus scrupuleusement la partition originale de préférence…

Avatar de l’utilisateur
Milou
Messages : 642
Inscription : ven. 21 octobre 2005, 21:57
Localisation : Doubs

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Milou » lun. 06 décembre 2010, 13:49

Bjr
Pour ma part, la libre interprétation est en principe indiquée "ad libitum".
Sinon la liberté est plutôt liée à l'improvisation comme les jazzmen.
L'exception dans la musique écrite, c'est la musique baroque qui laissait beaucoup de liberté aux interprètes, surtout dans la ligne d'accompagnement avec la basse continue. Mais c'était pour mieux valoriser la virtuosité des instrumentistes.

Concernant la musique classique et postérieure, je serais de l'avis de Rubinstein qui, un jour dans une interview, parlait des problèmes qu'il avait eu à "imposer" sa lecture de Chopin et disait froidement : ils jouaient ainsi pour cacher la médiocrité de leur jeu et de leur technique.

Donc prudence ...

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 7670
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Jean-François Delcamp » lun. 06 décembre 2010, 15:14

Papypoch a écrit :Bonjour à tous,
J’ai une petite question au sujet de l’interprétation libre dans la musique classique à la guitare et j’aurai aimé savoir ce que vous en pensiez ?
Je viens du monde de l’orgue, pour cet instrument, il existe diverses partitions écrites légèrement, laissant libre l’organiste d’interpréter et de fleurir à sa guise tout en respectant certaine règle de la musique liturgique.
Oui, les organistes ont maintenu la tradition d'improviser alors que les autres instrumentistes, qui jouent de la musique classique, ont délaissé cette tradition, c'est dommage bien sûr.


Papypoch a écrit :...Je me demandai si dans la musique classique à la guitare l’on pouvait aussi parfois sortir des sentiers battus ou si, comme le veux généralement l’écriture classique, l’ont devait plutôt rester à suivre le plus scrupuleusement la partition originale de préférence…
dans la musique de la renaissance pour guitare (Morlaye, Le Roy) la tradition est que l'interprète fasse des diminutions lors des reprises. La tradition se perpétue à l'époque baroque ou l'interprète est invité à ornementer lors des reprises. Dans les mouvements lents, comme les sarabandes, ont peut en faire beaucoup :P :fume:
Plus près de nous, au 19ème siècle, il est aussi dans la tradition d'improviser une cadence dans les sonates et les concerti.
Encore plus près, au 20ème siècle Leo Brouwer et d'autres compositeurs indiquent précisément à leurs interprètes sur quelles notes et avec quelles nuances ils doivent improviser.
:( + ♫ = :)

Avatar de l’utilisateur
Jean-François Delcamp
Administrateur
Messages : 7670
Inscription : dim. 30 mai 2004, 21:49
Localisation : Brest - France

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Jean-François Delcamp » lun. 06 décembre 2010, 15:27

L'improvisation se travaille en commençant par des choses simples dès la première année.
Je demande en premier à mes élèves d'improviser sur une unique note répétée, en nuançant le timbre, le volume, le tempo. On peut s'amuser et apprendre beaucoup avec ce travail très simple à la portée de tous.
Ensuite ?
devinez ....


oui je leur demande d'improviser sur deux notes distantes d'un ton ou d'un demi ton. Par exemple SOL et LA
et puis sur trois notes (SOL, LA, SI)
puis sur 4 notes (RE, SOL, LA, SI)
et ainsi de suite.


Plus tard, l'année suivante, je leur demande d'improviser sur des suites d'accords (LA mineur, DO majeur, RE mineur, MI majeur).

La clef c'est de commencer par des choses très très simples, alors le plaisir est tel, que quand on y a gouté on en veut encore. :lol:


Je prévois d'aborder le sujet dans mes prochains cours en ligne.
:( + ♫ = :)

Grivemusicienne

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Grivemusicienne » lun. 06 décembre 2010, 16:13

Jean-François Delcamp a écrit :
Papypoch a écrit :...Je me demandai si dans la musique classique à la guitare l’on pouvait aussi parfois sortir des sentiers battus ou si, comme le veux généralement l’écriture classique, l’ont devait plutôt rester à suivre le plus scrupuleusement la partition originale de préférence…
dans la musique de la renaissance pour guitare (Morlaye, Le Roy) la tradition est que l'interprète fasse des diminutions lors des reprises. La tradition se perpétue à l'époque baroque ou l'interprète est invité à ornementer lors des reprises. Dans les mouvements lents, comme les sarabandes, ont peut en faire beaucoup :P :fume:
Marrant la coïncidence, puisque ce matin j'enregistrais un menuet baroque, que je suppose français. Donc j'ai joué les croches inégales, et ornementé à chaque reprise.
[Si cet enregistrement n'était pas destiné à un élève, j'aurai ornementé dès le premier passage :guitare:]
:arrow: viewtopic.php?f=98&t=24883

Avatar de l’utilisateur
Valéry Sauvage
Messages : 7229
Inscription : sam. 03 février 2007, 15:41
Localisation : Poitou

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Valéry Sauvage » lun. 06 décembre 2010, 16:43

Jean-François Delcamp a écrit :[
dans la musique de la renaissance pour guitare (Morlaye, Le Roy) la tradition est que l'interprète fasse des diminutions lors des reprises. La tradition se perpétue à l'époque baroque ou l'interprète est invité à ornementer lors des reprises.
Et encore, à la renaissance il y a de nombreux traités destinés à apprendre l'improvisation (ou à réaliser soi même des diminutions, ou gloses). Un des plus célèbres étant le traité des gloses, de Diego Ortiz. Ce traité est une méthode d'ornementation, mais plus que de simples appogiatures, ou agréments sur une note, comment, à partir des "standards" de l'époque (la Folia, Doulce Mémoire et autres airs en vogue...) on pouvait créer ses propres "variations" (principe repris ensuite dans les thèmes et variations nombreux chez les compositeurs, les romantiques en particulier, Sor, Giuliani...)
Même si ce traité est écrit en pensant à la viole de gambe, il sert encore aujourd'hui de base à l'enseignement des diminutions pour de nombreux instruments (dans le domaine de la musique ancienne). On trouve l'équivalent chez les flûtistes aussi avec Ganassi, entre autres.
Carpe diem, quam minimum credula postero. (Horace)

Papypoch

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Papypoch » dim. 12 décembre 2010, 20:14

Merci beaucoup pour ces réponses.
Je doit avouer avoir un peu de peine à ne pas fleurir un peu les morceaux classiques. Surtout les études. je crois que je vais devoir me discipliner un peu ! alors je reprends ma guitare et je me concentre...

bons jeux à tous.

gabrielle38

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par gabrielle38 » mar. 06 septembre 2011, 16:50

Bonjour!
Vous parliez d'aborder le sujet de l'improvisation libre dans vos cours en ligne. L'avez-vous fait? Je serais très intéressée! Merci...

Avatar de l’utilisateur
milsabords
Messages : 7979
Inscription : dim. 17 octobre 2010, 20:07
Localisation : Gaganov

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par milsabords » mar. 06 septembre 2011, 18:42

Jean-François Delcamp a écrit :L'improvisation se travaille en commençant par des choses simples dès la première année.
Je demande en premier à mes élèves d'improviser sur une unique note répétée, en nuançant le timbre, le volume, le tempo. On peut s'amuser et apprendre beaucoup avec ce travail très simple à la portée de tous.
Ensuite ?
devinez ....


oui je leur demande d'improviser sur deux notes distantes d'un ton ou d'un demi ton. Par exemple SOL et LA
et puis sur trois notes (SOL, LA, SI)
puis sur 4 notes (RE, SOL, LA, SI)
et ainsi de suite.


Plus tard, l'année suivante, je leur demande d'improviser sur des suites d'accords (LA mineur, DO majeur, RE mineur, MI majeur).

La clef c'est de commencer par des choses très très simples, alors le plaisir est tel, que quand on y a gouté on en veut encore. :lol:


Je prévois d'aborder le sujet dans mes prochains cours en ligne.
excellent ! oui je dis : excellent ! rien de tel pour prendre du plaisir et utiliser tous les registres, en faisant varier aussi le jeu de la main droite. ...
- milsabords ; bourreau des coeurs d'artichauts.
- milsabords ; scénariste à ses heures perdues.
- pci
- P4 ( toutes institutions confondues )
- inventeur du pétadou
- D0 -3
- Meuh !

milsabords est aussi compositeur .

buvez Cacolac

Romaric Holler

Re: Interpretation libre dans la musique classique?

Message par Romaric Holler » jeu. 08 septembre 2011, 09:11

Il existe un très bon livre de Dusan Bogdanovic : Counterpoint for guitar with improvisation in the renaissance style and study in motivic metamorphosis. Edition: Bèrben.
Mais c'est en anglais et italien, c'est complexe et il faut bien maîtriser le vocabulaire musical. Cela m'a vraiment bien aidé pour mes études d'écriture. Je ne voulais pas trop faire du piano et heureusement que mon prof à l'époque tolérait l'utilisation de la guitare.

Revenir vers « Accompagnement et improvisation »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 1 invité