Appogiature longue

Avatar de l’utilisateur
Gilbert Pépin
Messages : 976
Inscription : lun. 11 novembre 2013, 09:37
Localisation : Saint Marcel - 27950

Re: Appogiature longue

Message par Gilbert Pépin » sam. 14 février 2015, 18:17

Elisabeth Calvet a écrit :A chaque fois que je rencontre une danse que je connais mal, je cherche des vidéos avec des danseurs.
Comme je suis un épouvantable danseur et que je ne peux me fier à ce que je serais capable de faire, je me suis dit que ton exemple était intéressant, et je me suis précipité sur youtube en démarrant ma recherche par "gavotte". Comme je m'y attendais un peu je suis tombé sur des gavottes bretonnes, dans lesquelles je peux déjà distinguer des différences de tempo (par exemple entre une "Laridé gavotte" et une "Gavotte Pourlet"), ce qui ne m'aide pas vraiment à me faire une bonne idée de ce que pouvait être autrefois la gavotte.
Et puis je suis tombé sur :
https://www.youtube.com/watch?v=zo1LfU67XJc
https://www.youtube.com/watch?v=DKOXVE_pskA
https://www.youtube.com/watch?v=sZGcW2JX7rk
Cela ne m'aide toujours pas ; la vidéo sur la gavotte de Bach est très sympathique, mais n'a je pense aucune prétention historique ! ; les deux autres vidéos montrent une gavotte beaucoup moins rapide, presque empesée pour l'une d'elles, mais cela ne m'aide toujours pas à comprendre comment se dansait la gavotte... Les pas ont semble-t-il été notés par des chorégraphes de l'époque, mais l'une des gavottes "sautille" beaucoup plus que l'autre ! Je vais persévérer et chercher pour d'autres danses, et je suis preneur de toute information permettant de se faire le plus objectivement possible une idée de la façon dont ces danses étaient réellement pratiquées.

En attendant je pense que mes choix d'interprétation des suites de Bach resteront basés sur la pulsation rythmique purement musicale, sans me préoccuper des véritables pas de l'époque ; sans preuve du contraire, je continue de penser que ces suites n'ont pas été écrites pour être dansées, et sont plutôt une sorte d'archétype.
Je continue penser que l'ornementation est importante, car en vieillissant Bach notait plus en détail ses ornementations ; mais que l'on ne se méprenne pas : ce n'est pas parce que je préfère un ornement exécuté d'une façon que je juge "mauvais" ceux qui l'interprètent d'une autre ; mon goût personnel et ce que je connais de la théorie ou de l'histoire de la musique me poussent vers certaines interprétations, mais je ne dédaigne pas écouter des approches différentes, voir très différentes. Notre échange a été motivé par une question de Salim, et quelle que soit la façon de jouer l'appoggiature qu'il aura choisie, j'espère que cela lui aura permis de faire ce choix de façon réfléchie et non pas par pure convention.
Gilbert
Guitare Paulino Bernabé, modèle Antonio Lopez n°1

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5506
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Appogiature longue

Message par Elisabeth Calvet » sam. 14 février 2015, 20:47

Gilbert Pépin a écrit :
En attendant je pense que mes choix d'interprétation des suites de Bach resteront basés sur la pulsation rythmique purement musicale, sans me préoccuper des véritables pas de l'époque ; sans preuve du contraire, je continue de penser que ces suites n'ont pas été écrites pour être dansées, et sont plutôt une sorte d'archétype.
- Je ne sais pas.
- Tu es sûr de ne pas savoir ce que ça veut dire, moderato cantabile ? reprit la dame
L'enfant, immobile, les yeux baissés, fut seul à se souvenir que le soir venait d'éclater. Il en frémit.
(Marguerite Duras)

Avatar de l’utilisateur
Salim
Messages : 617
Inscription : mar. 28 octobre 2008, 21:34
Localisation : Le Mans

Re: Appogiature longue

Message par Salim » lun. 16 février 2015, 22:26

Bonsoir,
Elisabeth Calvet a écrit :Bonjour, Gilbert.
A propos de l'appogiature, c'est anecdotique dans une pièce.
Chacun a donné son avis, mais il n'y a pas d'un côté ceux qui la jouent d'une certaine manière, et donc qui jouent mal, et d'autres qui la jouent d'une autre manière, et donc qui jouent bien... C'était juste intéressant d'en discuter.
Par contre, ce que tu dis à propos des mouvements de danse, ça, c'est important.
[…]
Enfin les "caractères de la danse", c'est ça le plus important pour les jouer... et c'est l'essentiel de la musique instrumentale, à cette époque.
Je pense que cette réponse est très satisfaisante :D
Gilbert Pépin a écrit :Notre échange a été motivé par une question de Salim, et quelle que soit la façon de jouer l'appoggiature qu'il aura choisie, j'espère que cela lui aura permis de faire ce choix de façon réfléchie et non pas par pure convention.
En effet, merci à tous pour vos réponses toutes plus intéressantes les unes que les autres !
https://www.youtube.com/c/SalimRostam

Anon.

Re: Appogiature longue

Message par Anon. » mar. 17 février 2015, 12:14

Pour le rapport danse/musique.

Loin de long discours, c'est très simple.

Quand vous voyez les fingerpickers tel Sungha Jung vous comprenez mieux. Ces derniers reprennent ( on dit cover aujourd'hui ) des standards d’aujourd’hui. Parfois ils mettent en valeur le côté dansant, parfois au contraire ils en prennent le contrepied.
Bach à fait la même chose. Mais ce n'est qu'une partie de son œuvre.

Avatar de l’utilisateur
Elisabeth Calvet
Compositrice
Messages : 5506
Inscription : dim. 18 février 2007, 20:50
Localisation : Tarn

Re: Appogiature longue

Message par Elisabeth Calvet » mar. 17 février 2015, 18:56

Ah ben oui, c'est simple ! :okok:
- Je ne sais pas.
- Tu es sûr de ne pas savoir ce que ça veut dire, moderato cantabile ? reprit la dame
L'enfant, immobile, les yeux baissés, fut seul à se souvenir que le soir venait d'éclater. Il en frémit.
(Marguerite Duras)

Revenir à « Solfège »