gamme de ré mineur - les altérations ?

Dans ce forum, vos citations audio au format WMA, d'une durée maximale de 30 secondes, sont autorisées.
Agnès Millet

gamme de ré mineur - les altérations ?

Message par Agnès Millet » sam. 28 novembre 2015, 20:05

Bonjour,
J'ai du mal à comprendre pourquoi dans la gamme de ré mineur les altérations ne sont pas les mêmes selon qu'on monte ou qu'on descend la gamme ... Je suis retournée dans ma "Théorie de la musique" de Danhauser ... mais c'est pas très clair !!! Est-ce que le fait de descendre la gamme déplace la valeur des notes en terme de tonique, médiane, sensible etc ... Est-ce qu'il faut déplacer les altérations pour garder la structure mineure ton/demi-ton/ ton/ ton/ demi-ton/ton / demi-ton / ton / demi-ton ??? Mais alors est-ce que c'est la même gamme ??? Si c'est trop long de répondre, merci de me donner quelques références susceptibles de m'éclairer.
Agnès
NB J'ai déjà dit que le solfège n'était pas vraiment mon fort ... mais en terme de gammes et de tonalités je suis plus qu'archi nulle ! (mais je me soigne!)

Avatar de l’utilisateur
Bernard Corneloup
Modérateur en chef
Messages : 9412
Inscription : lun. 31 août 2009, 16:41
Localisation : Lyon

Re: gamme de ré mineur - les altérations ?

Message par Bernard Corneloup » dim. 29 novembre 2015, 12:20

Bonjour Agnès,
Voici une explication (il y en a peut-être d'autres) :
Dans une gamme mineure le septième degré (en ré mineur c'est le do) se trouve à 1 ton de la tonique (le ré). Comme on a l'habitude d'entendre ce 7° degré à un demi-ton en dessous de la tonique en majeur, et qu'il donne une impression conclusive (lorsque qu'on entend la sensible on a envie d'entendre la tonique, et c'est la fin du morceau), on altère, par analogie, le 7° degré en mineur pour avoir aussi cette impression de conclusion.
On entend donc ce 7° degré altéré (en ré mineur : le do#) lorsque l'on revient à la tonique, mais lorsqu'on s'en éloigne il n'y a pas de dièse (do) comme lorsque l'on redescend la gamme.
On appelle sensible le 7° degré altéré (le do#) et on l'appelle sous-tonique lorsqu'il n'est pas altéré (le do).

2° élément : lorsque l'on utilise le do# (la sensible), on creuse un écart entre le 6° degré (le sib en ré mineur) et la sensible (do#). L'intervalle sib-do# mesure un ton et demi, et cela dérange. Cela fait une succession la-sib-do#-ré = 1/2 ton - 1ton1/2 - 1/2 ton. Cela sonne mal à nos oreilles surtout si l'on monte et que l'on descend plusieurs fois. On compense donc l'intervalle de 1ton1/2 en altérant également le 6° degré (le sib) en le montant d'un demi-ton. Cela donne la-si-do#-ré = 1ton - 1 ton - 1/2 ton. Lorsque l'on descend, comme il n'y a pas lieu d'entendre une sensible qui nous ramène à la tonique, on retrouve la note de base (le do, la sous-tonique) et il n'y a pas de raison non plus d'altérer le 6° degré (le sib).
L'homme qui n'a pas de musique en lui et qui n'est pas ému par le concert des sons harmonieux est propre aux trahisons, aux stratagèmes et aux rapines (William Shakespeare, Le marchand de Venise) | élève du cours en ligne D07

Agnès Millet

Re: gamme de ré mineur - les altérations ?

Message par Agnès Millet » dim. 29 novembre 2015, 19:49

Merci de cette explication qui me permet de mieux comprendre ce phénomène.
Agnès

Revenir vers « Technique de la guitare classique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité