Tablature-notation

Doigtés, analyse, tempo, styles et histoire des oeuvres pour guitare classique. Le droit de citation en matière de musique vous permet de communiquer des extraits audio ainsi que des extraits de partition.
Emmanuel Cavalier
Messages : 1143
Inscription : lun. 10 octobre 2011, 23:56
Localisation : Millau Aveyron

Re: Tablature-notation

Messagepar Emmanuel Cavalier » sam. 12 octobre 2013, 23:47

Valéry Sauvage a écrit :(mode provoc off)


Les limites du web ou il est dur de discuter avec des avis différents sans prise de tête. :) :)

Ce fil passe par des moments passionnants au contraire. Chaque avis se défend...Est-il possible d'arriver à une conclusion???Je ne pense pas,mais quel plaisir de discuter des heures d'une passion commune.

Traduire c'est trahir: on est plutôt dans la copie(transcription) que dans la traduction.
Dans le cas du passage du luth à la guitare il y aussi une adaptation d'un instrument à un autre au moment du passage à la partition.
Il y peut-être même déjà eu adaptation quand le morceau est passé du cerveau_(âme,'coeur,dieu ou pupitre du voisin de conservatoire)_du compositeur au papier.
Pour la guitare ancienne à 4 cordes, peut-être même simplification.
Tout ça pour dire qu'un morceau arrivant jusqu'à nous est déjà passé par des convertisseurs et que le mot trahison pour un demi-soupir oublié est quand même un peu fort.

Une idée me vient.
Etant d'un niveau modeste,je suis capable quand même capable de distinguer dans une écriture à plusieurs voix ce qui correspond au chant,contrechant,basse ect...Donc capable de mettre les queues des notes dans le bon sens. Par contre sur un morceau que ma technique m'interdit de jouer correctement, serai je capable de trouver les doigtés les plus efficaces ?? Surement non.Sur des phrases rapides par exemple,le doigté doit être trouvé en premier et si l'on fait une maladresse et qu'on ne s'en aperçoit que au moment de travailler la vitesse,bonjour les problèmes pour changer une fois que la bêtise est bien enregistrée par les doigt.

Je me dis donc que les tablatures doivent être écrites par un très bon instrumentiste sinon elle peuvent engendrer des erreurs, surtout chez les débutants.

Romaric Holler

Re: Tablature-notation

Messagepar Romaric Holler » dim. 13 octobre 2013, 02:01

Stéphan a écrit :Bon, j''en était à : (pour la cuisine) "sacrifier" quelque chose pour mieux en apprécier un autre.
Eh bien, je ne suis pas du tout d'accord comme quoi cela n'aurait "Rien à voir avec l'intelligence". Au contraire même, le sacrifice est un acte qui résulte d'intelligence.
Je sais, j'ai vu 2001!


Je voulais dire que plus on a trimé pour atteindre un résultat, plus on est à même d'apprécier les fruits de son travail.

Valéry Sauvage a écrit :
Romaric Holler a écrit :
Traduire c'est trahir ! :D


Traduire Dowland et Weiss en partition serait les trahir alors ? Puisqu'ils ont écrit leurs oeuvres en tablatures... (parmi quelques autres, da Milano etc...)
(mode provoc off)


Bien sur c'est un petit peu exagéré, rien qu'un peu. :D

Mais un guitariste classique qui s'entiche de la musique de ces luthistes et de leurs œuvres doit absolument connaître l'instrument, le système de notation, l’ornementation etc... Il doit saisir que la tablature s'impose pour plusieurs raisons ( absence de diapason, de tempérament égal etc ).

Les tablatures du luth sont imparfaites pour décrire les rythmes. Pour moi, il y à trois raisons principales. L'héritage religieux qui fait que la musique est portée par un texte. Le rythme est alors transmis par la versification, un autre support écrit ce qui explique l'aspect lacunaire de la notation standard ou de la tablature à ce sujet. Le même héritage religieux bannit et rend taboue la transe de la culture occidentale et donc son vecteur le plus fort: la percussion.
Et, plus simplement, le fait que les mélodies jouées par les luthistes leur apparaissaient comme des standards. Il en découle qu'en l'absence d'enregistrements multiples d'une même œuvre on ne peut que constater que cette musique est perdue. La notation est alors une traduction infidèle d'une culture orale disparue.

Ces ambiguïtés soulevées par la tablature pour luth se retrouvent dans la tablature actuelle pour l'accompagnement de chanson. Pas besoin de noter les rythmes car l'auteur de la tablature considère que l’apprenti connait ou a accès à la source sonore.

Comprendre les forces et les faiblesses d'un système de notation ce n'est pas pour dire que celui-là est meilleur ou moins bon. C'est, à mon sens, comprendre les intentions, les préoccupations d'un compositeur, d'une époque. C'est encore comprendre et expliquer comment la notation a fini par devenir une force capable de conditionner les formes de la musique.

La question de la notation quelle qu'elle soit devient problématique quand on aborde d'autres cultures. la notation de cinq lignes horizontales est liée aux notions de la tonalité. Elle traduit très imparfaitement la mélodie. Il suffit de faire le tour des pays méditerranéens pour comprendre les limites d'un tel système d'écriture. Dans certaines cultures la notion même de note est caduque.
Poser la question du système de notation, c'est aller encore plus loin. La musique codifié par un système de représentation spatial et visuel est l'idéal de la musique occidentale.
La codification écrite est la transformation d'un évènement oral. Écrire permet de générer des objets sonores qui n'ont aucunes réalités orales.
La musique polyphonique est la fille de l'écriture musicale. L’écrit permet la planification, l'architecture musicale. Choses impossibles sans l'apparition d'une culture de l'écrit.
Au début,l'écrit est un aide-mémoire descriptif, plus tard, il devient une nouvelle réalité musicale.

Avatar de l’utilisateur
Francois
Messages : 97
Inscription : sam. 01 août 2009, 22:33
Localisation : 31

Re: Tablature-notation

Messagepar Francois » dim. 13 octobre 2013, 09:42

Réécrire une partition prend du temps et demande du soin. C'est aussi un travail de réflexion sur l'oeuvre et son jeu, un travail d'appropriation.
A l'écueil du doigté figé dans la tablature, deux solutions. Un, utiliser un crayon et une gomme, d'autant plus important qu'il y a toujours un risque d'erreur dans la transcription. Deux, lire un 7 en sixième corde n'interdit pas de savoir que c'est un si (en accordage standard) et qu'il peut se jouer en 2 cinquième corde...
Mon bonheur est de pouvoir rejouer à vue des morceaux anciennement travaillés en me concentrant sur la musique qui nait sous mes doigts sans me préoccuper de savoir où les poser. Et je connais plusieurs guitaristes d'assez bon niveau qui ne peuvent au débotté jouer un morceau qu'ils ont pourtant étudié en s'appuyant sur la partition - surtout je me répète si il est écrit en accordage non standard. Ceci bride de fait l'utilisation de ces accordages qui constituent pourtant une richesse de notre instrument.

Stéphan

Re: Tablature-notation

Messagepar Stéphan » dim. 13 octobre 2013, 10:56

"Je voulais dire que plus on a trimé pour atteindre un résultat, plus on est à même d'apprécier les fruits de son travail." Si les sacrifices y ont des effets bénéfiques certains, je crois aussi que ce n'est pas le seul moyen d'y arriver. (hors sujet)

Merci, Romaric pour la description des pratiques en contextes historiques, histoires fondatrices de nos us, toujours très important à raconter, tant il est sûr que beaucoup y trouvent beaucoup à l'écoute.

Romaric Holler

Re: Tablature-notation

Messagepar Romaric Holler » dim. 13 octobre 2013, 11:14

Francois a écrit :Réécrire une partition prend du temps et demande du soin. C'est aussi un travail de réflexion sur l'oeuvre et son jeu, un travail d'appropriation.
A l'écueil du doigté figé dans la tablature, deux solutions. Un, utiliser un crayon et une gomme, d'autant plus important qu'il y a toujours un risque d'erreur dans la transcription. Deux, lire un 7 en sixième corde n'interdit pas de savoir que c'est un si (en accordage standard) et qu'il peut se jouer en 2 cinquième corde...
Mon bonheur est de pouvoir rejouer à vue des morceaux anciennement travaillés en me concentrant sur la musique qui nait sous mes doigts sans me préoccuper de savoir où les poser. Et je connais plusieurs guitaristes d'assez bon niveau qui ne peuvent au débotté jouer un morceau qu'ils ont pourtant étudié en s'appuyant sur la partition - surtout je me répète si il est écrit en accordage non standard. Ceci bride de fait l'utilisation de ces accordages qui constituent pourtant une richesse de notre instrument.


Oui mais le vrai travail d’appropriation il se passe sur l'instrument et à l'oreille, pas sur la partition. L'idée de réflexion sur l’œuvre est justement centrale. Et c'est justement pourquoi il faut prendre la musique telle qu'elle est écrite et ne pas s'essayer à la réécrire.

Évidemment, il faut peser le pour et le contre. Si je veux jouer une seule pièce en DADGAD je prendrai la tablature. D'ailleurs le compositeur l'aura probablement écrite telle quelle. Son soucis étant de faire ressortir les caractéristiques musicales associées à l'instrument, la tablature sera fort pratique.
Cependant, si je tient à jouer régulièrement un répertoire riche et varié dans cette scordature et bien j'apprendrais à déchiffrer le DADGAD en notation standard.

Après il est tout à fait possible de lister les avantages et inconvénients de chaque système. Mais au-delà de ça, ce qui compte, c'est de se rendre compte à quel point un système d'écriture est une force capable de conditionner les formes de la musique. Une fois cela compris, une démarche d'appropriation d'une œuvre artistique ne peut que passer par l'apprentissage du système d'écriture qui le caractérise.

Avatar de l’utilisateur
Étienne Provençal
Elève des cours en ligne
Messages : 124
Inscription : mar. 07 juillet 2015, 22:12

Re: Tablature-notation

Messagepar Étienne Provençal » mer. 19 août 2015, 23:26

La tablature m'aide à déchiffrer une partition un peu complexe pour quelqu'un qui n'a jamais fait de théorie musicale et qui vit en région éloignée (lire "sans prof. de guitare bon pédagogue"). À 62 ans, j'aimerais bien jouer certaines pièces avant de mourrir et heureusement, il est de plus en plus fréquent de trouver ces deux notations qui se complètent à merveille.

martingouin
Messages : 211
Inscription : lun. 01 février 2016, 22:25

Re: Tablature-notation

Messagepar martingouin » mar. 09 février 2016, 21:46

Les deux notations sont quand même appréciées.. s'il s'y trouve un lecteur de notes , il trouvera son bonheur pour la jouer. S'il s'y trouve un lecteur de tablature chiffrée, lui aussi trouvera de quoi faire et ce , plus rapidement même ! . Rien ne change à cela en ce qui me concerne. Si les deux notations se trouve sur la même page, alors tant mieux pour tous le monde . Tous seront contenté . Moi je ne lis pas les portées ( tous le savent j'imagine si ils lisent mes réponses ) je ne lis que les tablatures et cela me satisfait au plus haut point mais je ne critiquerai jamais une portée musicale même si je ne la lis pas, voila pour moi. Sujet intéressant s'il en est un .


Revenir vers « Les oeuvres pour guitare classique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot] et 0 invité