travail technique

Quelle méthode ? Pour enfant, pour adulte ?
Rachid Merabet
Modérateur
Messages : 9477
Inscription : mar. 26 octobre 2010, 14:53
Localisation : Champagne-Ardenne

Re: travail technique

Messagepar Rachid Merabet » dim. 28 février 2016, 18:15

J' ai fais le DO4 l' an dernier et j' ai pas pu être des vôtres cette année car le temps me manque cruellement pour jouer ces derniers mois, mais peut être que je m' inscrirai en septembre, on verra . :bye:
Je profiterai des vacances d' été pour m' y remettre :bye:
Dernière édition par Rachid Merabet le mar. 15 mars 2016, 12:50, édité 1 fois.
Alhambra 4 P 2007
Laplane studio I 2008
ZOOM H2n

Avatar de l’utilisateur
Sylvain Gaubert
Professeur
Messages : 25
Inscription : dim. 14 février 2016, 19:24
Localisation : Bordeaux

Re: travail technique

Messagepar Sylvain Gaubert » sam. 12 mars 2016, 02:49

Maëva a écrit :Bonjour Elodie,

En ce qui me concerne, je suis débutante à la guitare et étudie en école de musique sur Paris depuis quelques mois. Petite précision, je ne suis pas débutante en musique ayant fait 10 ans de piano en conservatoire étant un peu plus jeune.

Je ne connaissais rien à la guitare, ni la géographie de mon manche, ni les positions de mains, du corps et de la guitare, mais je n’ai pas de soucis avec le déchiffrage et le rythme, j’ai donc une certaine aisance la dessus qui me permet d’apprendre et de comprendre assez bien et rapidement.

Voilà comment se passent mes cours :
Je commence par travailler, comme le dit Vihuela, un peu de technique en travaillant sur toutes mes cordes à partir de la case 5 par exemple, avec différentes formules , en pincé ou buté, avec une recherche de la qualité du son, de l’équilibre, de la projection. Je travaille mes positions de mains, normale et transversale pour la main gauche, avec du pull-off et hammer-on avec chaque doigt. Je travaille les démanchés également du début jusqu’a la fin du manche et inversement, etc.

Puis, je passe à l’application de tout cela à travers, entre autres, les études de Carcassi et Leo Brouwer. Pour l’instant on concentre le travail sur ça, pas de répertoire qui demande une interprétation musicale poussée car il faut bien maîtriser les bases techniques pour pouvoir se focaliser sur son interprétation plus tard :)

On discute également de l’origine des oeuvres et leur histoire, et mon prof me donne également de la musique à écouter, bien enregistrée, car il faut bien dire que la plupart du temps on a tendance à aller regarder des vidéos You Tube et ce n’est pas le top ;)

Je travaille les études au métronome, la justesse d’un tempo bien régulier est trèèès importante. Et paaas trop vite surtout ! Et bien sûr je répète beaucoup de fois les passages délicats.

Petit à petit mon prof va me donner d’autres œuvres afin de travailler aussi la musicalité, mais chaque chose en son temps.

Et puis j’ai également en plus de mon cours hebdomadaire solo un cours d’ensemble pour me familiariser avec le fait d’écouter les autres et de développer mon oreille :)

Voilà !

Bonjour Maëva,

Dans ce que tu décris de tes cours il me semble que ça fait beaucoup de choses à la fois, espérons que tout ça soit ciblé dans une direction claire. C'est à dire que ton prof te donne un axe et des objectifs simple et clair à atteindre, étape par étape et que ça te permette de cheminer en pleine conscience de ce que tu fais et de pourquoi tu le fais.

Ceci dit, dans l'ensemble ça a l'air très correct et je pense que ton prof et toi êtes dans une très bonne démarche.

En plus, étant pianiste tu vas progresser très vite ! Pour une raison simple, le type de tonicité que les pianistes demandent à leur doigts, dans un mouvement articulé à la phalange des métacarpes, correspond pile poil à ce qu'il faut développer comme tonicité également à la guitare, particulièrement à la main droite mais aussi à la main gauche et la tenue des mains au niveau des poignets est la même. Donc d'un point de vue physiologique et neurologique, ayant joué du piano avant, si tu as une bonne posture instrumentale et un bon placement de mains tu devrais techniquement progresser très vite.
Rajoutes à ça l'habitude et la qualité de lecture que demande la pratique du piano, ton habitude de déchiffrage va être très précieux à la guitare, sans parler de l'oreille, du phrasé, de l'écoute bref t'es musicienne et tu abordes un nouvel instrument.

Tout mes encouragements donc ! N'oublie pas ton corps, prends soin de ton dos et joue nous des super beaux morceaux à la guitare que tu pourra poster ici. :okok:

http://cours-guitare-bordeaux.com/pedagogie/
"Votre véritable instrument c'est votre corps" LB

Avatar de l’utilisateur
Sylvain Gaubert
Professeur
Messages : 25
Inscription : dim. 14 février 2016, 19:24
Localisation : Bordeaux

Re: travail technique

Messagepar Sylvain Gaubert » sam. 12 mars 2016, 04:32

FrançoiseEsposito a écrit :j'ai lu avec beaucoup d'intérêt les messages postés

de mon côté je travaille régulièrement la technique en développant ma propre méthode :

- j'entoure dans la pièce que je travaille le passage qui pose problème

- j'isole la partie technique et j'invente mon propre exercice en relation avec la difficulté

- je décompose le mouvement en plusieurs petites parties à travailler séparément que je rassemblerai plus tard

- je répète en boucle, sur tout le manche, ou bien sur toutes les cordes, de très lentement à de plus en plus vite

- je termine par l'intégration dans ma pièce du passage normalement résolu


C'est pas mal du tout ça Françoise !
Mais méfie toi des boucles...
1. Parce que la courte pause permet de toujours repartir de la détente
2. Parce que cette courte pause oblige à repatir de rien tout en revenant directement dans le rythme et dans le tempo ! Excellent exercice
3. Parce que pour la mémoire et la programmation neurologique c'est mieux de morceler comme des pièces de puzzles qu'on recolle effectivement après, les boucles c'est déjà autre chose.
4. Parce que les boucles fatiguent, usent, créent des tendinites et on perd la précision rythmique.
5. Parce que j'aime pas les boucles :mrgreen:

Ensuite effectivement une fois que tu as ciblé ton travail il faut impérativement recoller avec un peu avant et un peu après et chaque découpages (aussi petits soient-ils) doivent respecter une logique musicale et rythmique.
Et le tout pour un découpage hyper important, celui donné par les phrases musicales du morceau.
Donc je ne sais pas ce que tu appelle "plus tard" mais je remplacerai bien ce terme par "immédiatement" après avoir ciblé ton travail. :ouioui:

Pour finir Françoise, je rejoins complètement ce que Elfin évoque (voir citation plus bas), attention à ne pas avoir les oreilles plus grosses que les bras ! :reflechir:
Toujours travailler dans ses possibilités techniques et musicales !
Mieux vaut un morceaux "simple" (entre guillemet car rien n'est jamais simple en réalité), mais très bien joué, maîtrisée et avec aisance, plutôt qu'une grande œuvre jouée le couteau entre les dents, la gorge nouée et les mains tremblantes. :war:

TOUJOURS viser le "produit fini" quelque soit le morceaux que tu joues, interprète de la belle musique, avec un jeu propre, abouti, un beau phrasé, de l'aisance, de la détente, de la maîtrise et beaucoup de plaisir !!!
Le niveau de difficulté d'un morceau me paraît secondaire à ce grand principe là !
(secondaire ne voulant pas dire que c'est un paramètre à écarter, c'est simplement un paramètre ... secondaire !)

Voir lien vidéo de Dominique en bas de page, une élève retraitée, hyper motivée, consciente de son niveau modeste mais qui se fait plaisir avec ce qu'elle peut faire, un exemple à suivre: Vidéos d'élèves

Si un jour je passe voir ma famille à Paris je te contacterai si ça t'intéresse, pour faire un peu le point avec toi sur ta pratique :wink:

Toutes mes amitiés


Elfin a écrit :Bonjour

Pour ma part, comme le suggère Mathieu de Person, je pense que tout dépend de l'élève guitariste et de ses disponibilités. Je me situe plutôt dans la catégorie amatrice éclairée (enfin il reste pas mal de zones d'ombre !) et je suis des cours tout en ayant comme nombreux d'entre nous une vie professionnelle et familiale bien chargée. L'aspect technique étant bien sûr primordial, le choix de belles études comme celles de Villa Lobos ou de F. Sor entre autres me semble tout à fait convenir, en ce sens qu'elles sont motivantes à apprendre et laissent une large place à l'interprétation et donc au plaisir de jouer ..


Puisse tes zones d'ombres trouver un jour leur lumières... :wink:
Bonne continuation !

http://cours-guitare-bordeaux.com/
"Votre véritable instrument c'est votre corps" LB

Avatar de l’utilisateur
Sylvain Gaubert
Professeur
Messages : 25
Inscription : dim. 14 février 2016, 19:24
Localisation : Bordeaux

Re: travail technique/tremolo

Messagepar Sylvain Gaubert » sam. 12 mars 2016, 04:36

Sylvain Gaubert a écrit :
Epicea a écrit :
Jean-Michel Bongiraud a écrit :bonjour,
après repris la guitare depuis quelques mois, et retrouvé un certain niveau, je me suis mis à apprendre à jouer le tremolo.
technique difficile, et je voudrais savoir combien de temps par jour faut-il y consacrer et combien de mois ou d'années pour acquérir une vitesse correcte ? je suis actuellement entre 80 et 100 à la double ! ce qui n'est pas beaucoup encore après 3 mois !!
merci pour vos conseils et vos réponses.
jean-michel


Le tremolo est effectivement une technique difficile. Je cite Sylvain Gaubert dont l'intervention est placée un peu plus bas "Le trémolo n'arrive qu'en dernière position dans mon enseignement car pour commencer à l'aborder correctement il faut d'abord pouvoir maîtriser parfaitement toutes les autres combinaisons techniques à la main droite avec une coordination parfaite de la main gauche. Je situe l'abordage du trémolo en milieu de cycle II."

Suivant votre détermination, assiduité et méthode, il vous faudra peut être compter en années pour arriver à un bon résultat. Je ne dis pas vitesse car c'est il me semble le paramètre à considérer en dernier. La régularité de l'intervalle entre chaque note, la clarté et la puissance de la ligne de basse et du chant priment.
Quelques conseils si vous ne les utilisez pas déjà.
Ne pas travailler que le tremolo : arpèges et gammes sont également très importants dans la progression.
Ne pas travailler que pami, travailler également pima, pmai et pmia pour augmenter la régularité entre les notes.
Travailler sur les 2ème et 3ème corde plutôt que sur la 1ère pour obtenir la bonne trajectoire des doigts sans accrocher les cordes adjacentes.
Ayez le poignet absolument stable. Si vous ne les connaissez pas et comprenez l'anglais, je vous conseille de visionner les masterclass Tremolo1 et Tremolo2 de Pepe Romero sur You tube.
Ayez des ongles parfaits. Pour s'en convaincre il suffit de commencer à jouer le tremolo avec des ongles non entretenus depuis seulement un jour, puis polis. Si vous ne la connaissez pas, considérez également la méthode de taille et polissage des ongles de Thomas Viloteau sur You Tube.

Et surtout, ne vous découragez pas. C'est très dur !

Tout à fait d'accord dans l'ensemble.
Je me permet quelques précisions qui pourraient en éclairer pas mal.
Effectivement toutes les combinaisons d'arpèges sont bonne à prendre lorsqu'on les abordes dans un travail main droite.
A savoir qu'avant d'aborder un travail en arpège il faut d'abord maîtriser le jeu plaqué ! En paires de doigts puis en accords complet.
Posez vous toujours la question POURQUOI !!!???
Alors pourquoi d'abord jouer plaqué avant de détacher en arpège ?
Pour travailler sur la qualité de mouvement, la tenue de la main, la stabilité de la voute, la tonicité, l'équilibre sonore à gérer et à varier volontairement et consciemment. Le tout avec beaucoup de détente et de relâchement, ce qui est plus facilement possible quand un ensemble de doigts jouent groupé dans le jeu plaqué, ça va se complexifier en détachant.
Mais aussi pour une autre raison d'ordre neurologique.
N'oubliez pas très cher musiciens que ce que vous demandez à votre corps n'est pas normal, pas logique et inhumain ! :mrgreen:
Je m'explique... Dans notre construction psychophysiologique tout est merveilleusement conçu au départ pour survivre ! Nos gestes, les réactions vives et instantané de notre corps face à une situation extrême et soudaine par exemple, est neurologiquement programmée depuis la nuit des temps. Nous sommes porteur dans nos gènes, notre cerveau et notre corps de toute l'histoire de l'humanité.
Revenons à nos moutons sur le jeu main droite.
Nos gestes de mains les plus primitifs sont principalement représenté par deux outils très puissant; la possibilité de pincer (pouce, index et accessoirement majeur) et la possibilité de serrer (principalement auriculaire !!! et accessoirement annulaire).
Partant de ces gestes primitif qui nous a permis de survivre durant des siècles et aujourd'hui encore, il va falloir reprogrammer notre construction neurologique pour des gestes inutile sur un vulgaire bout de bois et ça ne sert strictement à rien ! C'est véritablement le langage du corps !
Donc, en prenant un exemple simple et très facile à repérer, le premier réflexe complètement logique du débutant qui vas jouer "pi" c'est de jouer pouce en face de l'index et index en face du pouce ! Complètement logique puisque notre programmation neurologique est construite de manière à utiliser ces deux doigts l'un en face de l'autre depuis la nuit des temps !
Pourtant il va falloir reprogrammer ce circuit neurologique et construire des nouveaux réflexes car jouer le pouce et l'index l'un en face de l'autre à la guitare est un réèl problème ! Donc on va devoir apprendre à réaliser le même geste mais en dirigeant l'index à l'intérieur de la main et le pouce en dehors de l'index, dans son espace de jeu à lui.
Et comme ça n'est pas logique et naturel pour le corps, il va y avoir crispation, contractions et déformation de posture (crispations liées aussi à tout un tas d'autres configurations corporel qui n'ont pas de logique initiale de survie mais qui en ont pleins de fondamentales pour la pratique de l'instrument).
Et pour revenir encore plus à nos premiers mouton du POURQUOI jouer d'abord plaqué avant de détacher progressivement vers des arpèges, en plus des raisons déjà évoqué, il en est une toute simple qui correspond à ce que je viens de décrire, celle de se rapprocher au plus près d'un geste habituel et naturel pour la main, tout simplement une main qui se ferme, avec tout ses doigts donc. Une fois que ce geste naturel très proche de notre construction neurologique de départ, a été appliqué aux cordes, avec la finesse et les subtils réajustement qu'on va demander à la main et aux doigts, programmés au départ pour le même geste sans ces subtilités, alors à ce moment là et uniquement à ce moment là, lorsqu'on est à l'aise avec les accords plaqué et la maîtrise qualitative du son et de l'équilibre des volumes sonore de chaque doigts, à ce moment là on peut commencer progressivement à détacher le jeu tout en conservant la direction et la qualité de mouvement, ainsi que la finesse et la qualité sonore aussi évidemment.
En résumé, c'est en partant de notre programmation neurologique de base pour s'en éloigner peu à peu très progressivement qu'on opère une reprogrammation optimale de notre système pour l'appliquer au jeu instrumental.
Et par la suite, concernant les combinaisons d'arpège, il est important d'explorer toutes les combinaisons possibles, tout en incistant tou particulièrement sur piam et maip... POURQUOI ??? !!! :wink:
Parce que ces arpèges sont typiquement représentatif de la distinction et de la séparation des deux outils de la main que j'ai cité: la pince et la poigne
dans piam nous avons pi (pince détachée) dans un sens et am (poigne détachée) dans le sens inverse
dans maip nous avons ma (poigne détachée) dans l'autre sens que l'arpège précédent et ip (pince détachée) dans le sens inverse (différent là aussi du sens de l'arpège précédent). En espérant que vous me suivez parce que c'est pas toujours évident d'expliquer tout ça derrière un écran d'ordi.
Cette "séparation" ou distinction des deux outils pince/poignet à l'intérieur d'un même arpège va grandement aider à la programation neurologique de tout les autres arpèges et bien évidemment du Saint Graal: le Trémolo ! :guitare:

Pour résumer tout ça et revenir donc à nos tout tout premiers moutons ... :chaud: le travail conscient de la main droite, en sachant exactement ce que l'on fait et pourquoi, en respectant la construction neurologique qui nous constitue et la reprogrammation de ce système pour l'adapter au jeu instrumental et en abordant les arpèges dans une logique d'évolution lié aux outils de base de la main vous amènera à réaliser un trémolo qui s'égraine finement en que vous penserez en deux partie distincte "am" (poigne détachée) "ip" pince détachée, avec la sensation que le majeur se situe à la frontière entre les deux. Cette sensation peut s'expliquer par le fait qu'en effet le majeur peut tout aussi bien participer à l'outil de poigne qu'à l'outil de pince. En tout cas dans un trémolo, il aura l'immense responsabilité de cadrer rythmiquement les doubles croches pour que celles-ci sortent de manière régulières et non pas en galopant. :war:

Pour "les jeteurs" de sort (cl Brassens), biensur n'importe quel doigt peut pincer avec le pouce et pim peut très bien serrer, empoigner...
Quand je parle d'outil de pince et de poigne, je parle bien de gestes inconscients, utilisés au quotidien naturellement car principalement programmé par notre système pour ça.
Ex: j'ai rarement vu quelqu'un voir jamais, écrire en tenant son stylo avec pouce, auriculaire et annulaire, et j'ai rarement vu voir quelqu'un voir jamais, empoigner une valise lourde avec pouce/index et éventuellement majeur.
Biensur il existe forcément des exceptions, si par malheur on amputait quelqu'un de l'index et du majeur, il serai bien obligé d'écrire avec pouce/annulaire/auriculaire et à terme son système se reprogrammerai pour affiner ses gestes.

Mais de grâce, ne tentez pas cette expérience, c'était juste pour l'exemple :okok:
Et après tout, c'est vrai que Django Reinhardt jouait très bien et pas avec tout ses doigts, pour les raisons dramatiques qu'on connais, mais mon petit doigt me dit que s'il avait pu, il se serai pas gêner ! :ouioui:
Et puis y'a même des guitaristes (non classique) qui jouent avec leurs pieds ! Si si ça existe et ils jouent super bien en plus ! Alors c'est pour dire...


Bref, voilà mon avis sur ces questions, à prendre ou à laisser, chacun est libre !
Par conséquent Jean-Michel, la bonne question à se poser n'est pas "quand ?" mais "comment ?"
Arme toi de patience et respecte ton corps, son rythme... bref prend soin de toi dans ta démarche. Et puis c'est vrai que le trémolo c'est super chouette, mais il y a une multitude de morceaux sublimissime qui ne l'utilisent pas forcément... Le plus important étant de viser la qualité en priorité et non pas la difficulté !
Toujours veiller à la qualité du morceau actuel avant de monter d'un cran la difficulté pour le morceau suivant !

Et pour conclure: La technique c'est pas dans les doigts... c'est dans la tête ! :reflechir:

Et dans tout ça n'oubliez pas l'essentiel; vous faire plaisir ! (et sans vous faire mal) car c'est le meilleur moteur de notre système nerveux, reprogrammable à l'infini, c'est quand même géniallissimement bien fait c'te machine là ! :bye:

http://cours-guitare-bordeaux.com/
"Votre véritable instrument c'est votre corps" LB

Avatar de l’utilisateur
Sylvain Gaubert
Professeur
Messages : 25
Inscription : dim. 14 février 2016, 19:24
Localisation : Bordeaux

Re: travail technique

Messagepar Sylvain Gaubert » sam. 12 mars 2016, 05:14

bobbio84 a écrit :Je viens tout juste de créer un post sur le temps qui manque dans nos horaires sois parce que tu as des enfants (moi, j'en ai trois), une carrière qui prends beaucoup de ton temps, ou même les deux. Cela est la raison pourquoi je ne fait pas de travail technique. Quand je pratique il faut que mon temps soit utilisé pour un but sprécifique.

Mais, je veux poser une question: c'est quoi le but de faire du travail technique? Est-ce qu'il va jamais avoir une occasion pareille dans un morceau de vraie musique ou tu joues ces notes exactement comme ils sont dans ta gamme? Je pense que si tu prends ton temps avec le morceau de musique que tu joues tu pourrais utiliser ton temps mieux. Gaspilles pas ton temps sur quelque chose que tu ne vas jamais utiliser.

Très intéressant ce que tu soulèves, ça mérite quelques éclaircissement parce que tout me semble un peu mélangé.

Tout d'abord c'est justement parce que tu manques de temps que tu devrai travailler ta technique, ça t'en ferai gagner... du temps !
Par contre effectivement dans ta question se trouve la réponse. Tout travail technique doit avoir un but. Et plus ce but est précis plus tu gagnes du temps !
Ok super mais alors c'est quoi un "but précis" ? C'est un ensemble de petits objectifs qui s'inscrivent dans une démarche d'apprentissage avec une finalité plus grande.
En plus clair ça rejoins ce que tu exprime "gaspille pas ton temps sur quelque chose que tu ne vas jamais utiliser". Je suis complètement d'accord avec ça !
Le travail technique va te permettre à condition qu'il soit ciblé et précis, de développer des outils.
Ces outils doivent impérativement être ré-utilisé dans une réalité musicale, donc un morceaux !
Et particulièrement si tu manque de temps il va être complètement inutile de fabriquer un tourne vis si tu as besoin de planter un clou :lol:
De la même manière il va être particulièrement inutile de travailler des gammes sur tout le manche alors que tout ton morceau se joue en arpège sans la moindre gamme à l'intérieur etc...

Par conséquent, le "but spécifique" dont tu parles pour utiliser au mieux le peu de temps que tu peux consacrer à ton instrument, doit être parfaitement défini !!!
A partir de là tu développe des outils technique correspondant au morceau que tu joues et tu verra que tu gagnera un temps précieux, bien mieux que si tu ne fait aucun travail de technique pur préalable ... POURQUOI ?
Déjà pour les innombrables raisons que j'ai évoqué dans d'autres post sur le même sujet (reprogramation neurologique, conscience chorporel, détente etc...) mais aussi parce qu'un travail technique spécifique te permet de cibler d'avantage la qualité du geste, du son et de la précision rythmique.
C'est la "mécanique" du corps, la "squelettique" de la réalisation d'un morceau de musique, par dessus lequel tu vas enrober avec la sonorité et embellir encore avec la finesse d'interprétation.
Mais sans une technicité solide en amont, ton interprétation sera toujours gênée et limité par des lacunes purement technique.
A la suite de cette préparation technique, il faut aussi travailler certains passages spécifique du morceaux (comme l'a décris Françoise Esposito dans son post sur le même sujet). C'est donc encoooooore de la technique ! :chaud:

Et le choix des morceaux doit se faire en fonction des ces objectifs techniques, avec en plus des objectifs musicaux qui sont eux aussi à définir et à mettre en adéquation avec les objectifs techniques !

Pour conclure, qu'on ai des enfants ou pas, qu'on ai tout notre temps ou bien très peu, il faut de toute façon toujours pratiquer en sachant exactement qu'est-ce qu'on veut réaliser aujourd'hui.
Ca rejoins une pensée qui m'a traversé l'esprit la dernière fois: "Les artistes sont d'abord des artisans..." :reflechir:

Bonne chance pour la suite !

Voir aussi: Apprendre la guitare rapidement
"Votre véritable instrument c'est votre corps" LB

Epicea
Messages : 61
Inscription : mer. 24 février 2016, 12:59

Re: travail technique/tremolo

Messagepar Epicea » mar. 15 mars 2016, 12:37

Sylvain Gaubert a écrit :Effectivement toutes les combinaisons d'arpèges sont bonne à prendre lorsqu'on les aborde dans un travail main droite.
A savoir qu'avant d'aborder un travail en arpège il faut d'abord maîtriser le jeu plaqué ! En paires de doigts puis en accords complet.
Posez vous toujours la question POURQUOI !!!???
Alors pourquoi d'abord jouer plaqué avant de détacher en arpège ?
Pour travailler sur la qualité de mouvement, la tenue de la main, la stabilité de la voute, la tonicité, l'équilibre sonore à gérer et à varier volontairement et consciemment. Le tout avec beaucoup de détente et de relâchement, ce qui est plus facilement possible quand un ensemble de doigts jouent groupé dans le jeu plaqué, ça va se complexifier en détachant.


Je suis également persuadé des bienfaits apportés par cette approche combinant accords plaqués et arpèges.
Je la pratique régulièrement sur le prélude en ré mineur BWV999 de Bach en travaillant les déplacements avec les accords plaqués et diverses formules d'arpèges à 4 notes : piam, pmai etc..., et à 6 notes : pimami, pimaim (24 combinaisons possibles). Je l'ai découverte dans "Méthode de Guitare Classique, par Valérie Duchâteau, Editions Paul Beuscher Arpège, 1997".

Avatar de l’utilisateur
Sylvain Gaubert
Professeur
Messages : 25
Inscription : dim. 14 février 2016, 19:24
Localisation : Bordeaux

Re: travail technique

Messagepar Sylvain Gaubert » dim. 20 mars 2016, 04:36

:okok:
"Votre véritable instrument c'est votre corps" LB

Avatar de l’utilisateur
FrançoiseEsposito
Messages : 1610
Inscription : jeu. 06 mars 2008, 12:27
Localisation : Marne la Vallée 77

Re: travail technique

Messagepar FrançoiseEsposito » mer. 23 mars 2016, 15:05

merci Sylvain ! :okok: :bye:

Avatar de l’utilisateur
Lysiane Chantre
Messages : 118
Inscription : ven. 16 septembre 2016, 15:45
Localisation : Nérac 47600

Re: travail technique

Messagepar Lysiane Chantre » sam. 17 septembre 2016, 19:10

Sylvain Gaubert a écrit :
elode30 a écrit :...
J'ai remarquer que dans les autres instruments (cordes frottées, vents) le travail technique prend une place importante dans le cours, avec un échauffement, le travail d'une étude technique et enfin le répertoire.
N'ayant jamais connu ça en tant qu'élève guitariste et ayant quelques lacunes techniques, je m'interroge sur le fait qu'en guitare nous n'ayons pas cette "rigueur". J'en ai discuter avec d'autres guitaristes et c'est vrai que ce travail technique ne semble pas ancré dans la culture de notre instrument.
Ne voulant pas faire de mon cas une généralité, j'aimerai savoir si les profs présents sur le forum, ou les élèves, travail un aspect technique à chaque cours, ponctuellement ou jamais?..

elodie


TOUJOURS !!! Et depuis le début !
Ca me fais penser à un article que j'ai rédigé récemment à ce sujet: Article

En tout cas même avec des enfants de 7ans, mes premiers cours portent sur la posture instrumentale, placement des mains et la technique main droite et main gauche...

La technique n'est pas un gros mot et je suis assez content du résultat avec les enfants: Vidéos d'élèves


Bertrand Gormand a écrit :Bonjour à tous,

voici l'avis d'un prof. (En CRR)
Quelques idées jetées à la volée :
Il n'y a que les guitaristes "classiques" qui ne travaillent pas leur technique ! allez voir les jazz men et flamenquistes et vous verrez que la technique est au coeur de leur travail (attention, je me place du côté de ceux qui ont une approche "professionnelle" du travail- ce qui n'exclu donc en rien les amateurs éclairés)
c'est un leurre de considérer que le travail technique peut se faire avec une sonate de Sor ou je ne sais quoi d'autre ; il faut absolument consacrer un temps conséquent à la technique pure - c'est à dire débarrassée de tout enjeu musical. C'est pourquoi je pense qu'il faut - dans ce domaine aussi - éviter les études d'Aguado et consort et se consacrer au travail des gammes (et pour ça pas besoin de Segovia) et des arpèges (et pour ça pas forcément besoin de Villa Lobos).
Petit truc : j'ai eu l'immense chance de faire un stage de 15 jours avec Leo Brouwer ; il nous disait toujours : commencer toujours par vous échauffer en faisant des arpèges puis des gammes - jamais l'inverse ! (pour l'anecdote, il nous disait que lorsqu'il n'avait pas le temps de s'échauffer la main droite avant un concert, il faisait simplement un doigté de tremolo sur la jambe de son pantalon jusqu'à ce qu'elle remonte !!!!)
effectivement, si l'on observe attentivement la technique des gammes et plus particulièrement véloces, elle est très proche de la technique de l'arpège (i-m-i-m...)...
D'autre part, sur une leçon de 30mn, il n'est pas scandaleux ni anti pédagogique de faire 20mn de technique et 10mn de répertoire - quelques fois, car l'élève, très souvent, s'aperçoit à moyen terme qu'il a gagné du temps sur son morceau en étant efficace sur un travail technique.....pur !

Enfin, beaucoup de guitaristes (droitiers !) négligent leur main droite en étant persuadés que c'est la main gauche qui est à surveiller de très près...alors que très souvent ils devraient travailler la main qui produit le son !!!!!
et pour cela, éviter de passer trop de temps sur l'auriculaire qui - si l'on excepte les rasgueado - ne jouera que trois notes en 50 ans !.....

Ce n'était que l'avis d'un prof.........qui travaille 70% de son temps de la technique pure ! mais qui joue aussi régulièrement en concert et qui peut dire que ça fonctionne et rassure !!!!!!!!

Comme disait Lafontaine : "sans cesse sur le métier, remettez votre ouvrage" !

En revanche, je ne fais pas partie de ceux qui pense que c'était mieux avant.....

P.S : étymologie de "technique" : "ART" !!!!!! (tout un programme ;-))

Bertrand.


Complètement d'accord !!!
Je dirai même que:

Tout exercice pur doit être réalisé avec une pulsation précise (métronome) et une sonorité optimale.
Tout exercice technique doit avoir un but avec une conduite pédagogique et des objectifs précis à cours, moyen et long terme !
Et tout exercice technique doit être relayé par des pièces qui les utilise pour leur donner systématiquement une réalité musicale.

Amen :cafe:


Avant le travail des gammes et avant le travail des arpèges je propose un travail technique main droite qui vise d'abord à utiliser le jeu du pouce alterné avec des jeux de paires de doigts groupés, particulièrement ma (groupé).
Lorsqu'on a un pouce et un annulaire qui fonctionne bien avec un bon positionnement on a une base de départ correct pour la suite.
Ensuite, c'est seulement après avoir vu une multitudes de combinaisons de doigts groupés que je commence à faire détacher progressivement le jeu main droite pour aboutir à un jeu en arpège.
Le tout en valorisant sans cesse le jeu de l'annulaire !!!
Pour la main gauche c'est la même chose: paires de doigts groupés, donc jeu en tièrces, pour arriver progressivement à des enchainements d'accords correctes.
Le tout en valorisant sans cesse le jeu du 4ème doigt !!!

Je considère que la 1ère étape à viser pour un guitariste débutant c'est la capacité à enchainer des blocs d'accords complet à gauche qui sont arpégés à droite.

:chitarrista:


A partir de là on peut commencer à complexifier le jeu, notamment avec des gammes, puis alterner gammes/arpèges, jeu buté/pincé etc...
Le trémolo n'arrive qu'en dernière position dans mon enseignement car pour commencer à l'aborder correctement il faut d'abord pouvoir maîtriser parfaitement toutes les autres combinaisons techniques à la main droite avec une coordination parfaite de la main gauche. Je situe l'abordage du trémolo en milieu de cycle II.
Je considère qu'à la fin du cycle III un guitariste doit être capable de maîtriser tout les modes de jeu à la guitare et que son répertoire doit mettre ça en valeur en plus d'une pluralité de styles et d'époques différentes, une maîtrise de la sonorité de l'instrument et une interprétation aboutis avec une notion de répertoire et d'habitude de concert en solo et en musique d'ensemble.

En cycle spécialisé on ne devrai quasiment plus avoir à parler de technique mais uniquement d'interprétation et de culture musicale, visant à la production de concert et la préparation à l'enseignement.

En cycle de perfectionnement, je considère que le but est de se produire en concert, faire rayonner le conservatoire dont on dépend et être en relation permanente avec d'autres instrumentistes non guitaristes, préparer des concours, promouvoir son activité artistique, médias, presse, faire rayonner la guitare dans sa région et éventuellement préparer l'entrée dans un CNSM.


http://cours-guitare-bordeaux.com/



...ET DONC CONCRETEMENT QUELS SONT LES EXERCICES A PRATIQUER ? MERCI !

Avatar de l’utilisateur
Isabelle Frizac
Modératrice
Messages : 14052
Inscription : sam. 18 février 2012, 23:55
Localisation : Val d' Oise

Re: travail technique

Messagepar Isabelle Frizac » dim. 18 septembre 2016, 11:13

Lysiane Chantre a écrit :

...ET DONC CONCRETEMENT QUELS SONT LES EXERCICES A PRATIQUER ? MERCI !


Inutile d' écrire en lettre majuscules ( elles sont réservées à la 1ère lettre des noms propres, en principe... :D )

Regardez méthodes de guitare , je pense que vous trouverz suffisamment d' exercices à vous mettre sous les doigts.

Par contre, étant donné que vous prenez des cours dans une école de musique, je ne peux que vous engager à demander conseil à votre professeur pour les exercices à pratiquer, car il connait votre niveau et vos faiblesses ou lacunes.

Avec une progression bien dirigée,et du travail de votre côté, vous devriez faire rapidement des progrès :okok:

:bye:
Que trépasse si je faiblis !
Gardez espoir .
Guitare Bastien Burlot numéro1 Spéciale anniversaire(2014)
Pappalardo à cordier(1982) et quelques autres ...

Avatar de l’utilisateur
Lysiane Chantre
Messages : 118
Inscription : ven. 16 septembre 2016, 15:45
Localisation : Nérac 47600

Re: travail technique

Messagepar Lysiane Chantre » mar. 20 septembre 2016, 09:34

J'aimerais pouvoir, mais le temps est entièrement occupé par le travail sur les pièces à mettre au point (individuel, ou ensembles)...j'ai lu les conseils donnés, et je les trouve assez "généraux". Par contre, j'apprécie les exercices en fin de catalogues de partitions niveaux 1, 2, 3, que je viens de découvrir. Merci !


Revenir vers « Pédagogie et méthodes pour guitare classique »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : CommonCrawl [Bot], Michel Lopez, sonia et 5 invités