Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Instruments anciens, luths, théorbe, vihuela, guitare renaissance et guitare baroque.
Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » mer. 24 janvier 2018, 13:02

Le peu joué et merveilleux Saltarello Detto La Laurina de Pietro Paolo Borrono mérite un bien meilleur sort.

Folio B3v (1548)

" Beaux yeux où l' amour a établi son Empire, C'est à vous que je m'adresse " ( Chanson des yeux ) François Pétrarque Sonnet V Quand s'exhalent mes soupirs pour dire le nom que l'amour écrivit dans mon coeur ; en vous louant, je commence à prononcer la première syllabe : LAU (laudare, louer) Votre condition royale : RE ( Real, royal), que je rencontre ensuite redouble mon désire de vous louer encore, mais TA (tace, tais-toi), tais-toi dit la fin : tu n'as pas le talent qu'il faut pour chanter ses louanges. Ainsi votre nom, même dit par un autre, enseigne à vous louer, lare et à vous révérer RE ( reverire, révérer), à vous digne de tout respect et de tout honneur. Mais peut-être Apollon s'indigne-t-'il qu'une langue mortelle ait la présomption de parler de ses rameaux toujours verts. (Le Laurier, l'arbre sacré d' Apollon, symbolisant Laure) François Pétrarque

Ce saltarello secondo detto La Laurina signifie qu'il s'appelle La Laurière ( Laurina signifie " de laurier " en latin). Laurina est une variante de " Laura ", comme " Laureta " ; Pétraque utilise ce terme précis parmi les noms qu'il prête à Laure dans ses fameux sonnets. Ce saltarello est sans nul doute composé en l'honneur de Laure (Laure de Sabran/Caumont près d' Avignon) dont la famille noble avait des territoires en Italie (près de Naples). C'est la fameuse " Laure de Pétrarque ". Il la rencontra en 1327 ... Elle naquit dans le territoire de Caumont, elle était la fille de Rainier de Sabran, co-seigneur de Caumont et petite fille de Giraud Amic de Sabran de qui descendaient les seigneurs de Châteauneuf ainsi que ceux du Thor.

Cette pièce éditée trois fois a dû avoir du succès. Elle n'a pas été composée par Pietro Paolo Borrono (il l'a adaptée au luth). Cette version est la seule qui nous soit restée.

Pietro Paolo Borrono (né à Milan, actif entre 1531 et 1549) était luthiste de François premier entre 1531 et 1534. Il a également travaillé pour Don Farrente Gonzaga, gouverneur de Milan vers 1550. Ses oeuvres survivent dans trois publications : ses propres " Intavolatura di lauto " ( Venise 1548), Le Casteliono ( Milan 1536) et avec Francesco da Milano " Intabulatura di lauto " ( Venise, 1546). Il est réputé pour sa musique de danses. Il a également composé des fantaisies et des adaptations au luth d'oeuvres vocales.

Lien :
http://www.internetculturale.it/opencms ... MUS0061017
Merci pour le téléchargement gratuit ...
Pièce jointe en tablature italienne.
Enjoy !
la laurina Saltarello Borrono (1548).jpg
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.
Dernière modification par Isabelle Frizac le mer. 24 janvier 2018, 13:45, modifié 1 fois.
Raison : Les majuscules UNIQUEMENT pour la 1ère lettre des noms propres( ou titres). Merci
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » mer. 24 janvier 2018, 14:33

Merci, chère Isabelle, toi qui portes un si beau prénom à qui de belles chansons ont été également dédiées à la Renaissance.
Cette superbe pièce est vraiment méconnue ... Je dois dire que c'est une adaptation en tablature Renaissance et ce titre si évocateur qui ont aiguillonné ma curiosité. Je ne l'ai pas regretté ...
En toute amitié,
Roger
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » mer. 24 janvier 2018, 17:16

le plus ancien biographe du XVIème siècle, Alexandre Velutello, vint à Avignon vers 1500 et trouva une Laure de Chabiau d'Ancezune (mauvaise pioche ... parmi tant d'autres dont celle du scandaleux, car rempli d'inexactitudes avec jusqu'à la représentation précise du " Sépulchre de Laure des Baux à Galas" , livre " La muse de Pétrarque dans les collines de Vaucluse " de Mr l'Abbé Costaing de Pusignan publié en 1819) née en 1314. la Laure de Pétrarque pour lui ... (ne correspond pas à ce qu'en dit Pétrarque).
" L'on peut dire aujourd'hui, presque avec certitude, que Laure de Sabran n'est pas une ombre arrachée au monde de l'imagination et du rêve, mais qu'elle est vraiment une ravissante figure d'histoire. "
Hilaire Enjoubert Les amours de François Pétrarque et de Laure de Sabran (1941)
Pierre de Nolhac souhaita ce livre. C'est à sa mémoire qu'il est dédié.
Laure était morte le matin du 6 avril 1348, jour anniversaire de sa première rencontre avec Laure alors qu'il était à Vérone à l'heure même où Pétrarque en avait eu la révélation (il eut une vision ...).Pétrarque (Marie et Ludovic Bernero)

Depuis sa découverte en 1533 (quinze ans avant l'édition de notre tablature de luth, confirmation avec ce qui suit du lien étroit entre Laure et cette tablature) le présumé tombeau de Laure n'a cessé d'intéresser :

https://www.cairn.info/revue-d-histoire ... page-3.htm

Les différentes Laure de Pétrarque :

http://www.persee.fr/doc/bude_1247-6862 ... _15_4_4159

Laure a bien existé mais ... même avec une forte préférence pour celle de Sabran, de Caumont, contentons nous de son prénom...
" Et qu'importe après tout ? ... Il suffit qu'elle ait été la Muse, l'inspiratrice, la Femme aimée et l'idéal du Poète ! Il suffit qu'elle ait suscité des chefs-d' oeuvre ((dont cette superbe pièce de luth !)) et donné à son amant la couronne de l'immortalité ! "
Marie Bernero

Voilà, vous comprendrez à lire ceci l'énorme intérêt qu'a suscité pour moi l'interprétation de cette si belle pièce de luth !
Qu'il en aille de même pour vous, chers amis musiciens !
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Isabelle Frizac
Modératrice
Messages : 18541
Inscription : sam. 18 février 2012, 23:55
Localisation : Val d' Oise

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Isabelle Frizac » mer. 24 janvier 2018, 17:36

Merci mon cher Roger,
Pour toutes les précisions de cette histoire d' amour,
Quelques vers pour conclure avec un peu d' humour.


Quelle aura elle a, cette Laure !
Qui saura de cette Laure-là ?
Soit de Sabran ou de Caumont,
Parcourant les vaux et les monts,
Dans les senteurs de pèbre d' aï,
Trouveras-tu la Lorelei ?
Que trépasse si je faiblis !
Gardez espoir .
Guitare Bastien Burlot numéro1 Spéciale anniversaire(2014)
Pappalardo à cordier(1982) et quelques autres ...

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » mer. 24 janvier 2018, 17:50

Bravo ! Quel talent ! Merci, chère Isabelle.
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » jeu. 25 janvier 2018, 13:16

Abordant le Saltarello, il éclaire le sujet et est en belle conclusion de la suite de trois pièces, la pavana Lacrimosa (liée aux larmes, larmoyante, émouvante, pathétique), et le premier saltarello sans appellation particulière encore plus proche de la pavana. Bien sûr le côté Lacrimosa s'applique bien à la relation sentimentale entre Laure et Pétrarque et au souvenir ému de ces deux " tourtereaux ".
Pietro Paolo Borrono au service du roi François Premier entre 1531 et 1534 aura bien évidemment suivi de près l'extraordinaire approche de Laure et Pétrarque entamée à cette époque et à laquelle le roi François Premier a fortement participé. Pietro Paulo Borrono aura apporté une création musicale partielle de toute beauté en hommage à Laure et Pétrarque avec cette superbe adaptation au luth. Par ailleurs, on trouve en plus des pièces de Pietro Paolo Borrono de belles pièces de Francesco Canova da Milano dans le recueil. Il est touchant et précieux d'avoir ici l'unique version, certes éditée trois fois, qu'il reste de cette merveilleuse pièce.
Je me suis par le passé ...(dur de vieillir ...) intéressé à la Pavana detta la Lacrimosa - mais je n'ai pas fait le rapprochement avec le Saltarello Secondo detto la Laurina. Belle épine dans le pied ! On trouve de nombreux passages à attaque verticale à quatre sons dans la Lacrimosa, pavane, alors que La Laurina n'en comporte presque jamais plus de trois verticaux simultanés (mais va jusqu'à de riches accords arpégés à cinq sons). Cela permet la fluidité et la vitesse d'exécution d'un saltarello, danse rapide. A l'opposé le Saltarello primo, proche de la pavane, comporte néanmoins ces nombreux accords avec quatre notes ... Bonjour les Maîtres du luth ! Bien sûr, avec trois temps au lieu de quatre, un saltarello est déjà avec des mesures plus courtes, plus brèves que la pavane d'où il découle et je laisse aux spécialistes la décision de savoir s'il faut néanmoins jouer plus vite. Dans mon recueil (pas de publicité de ma part) en tablature française, seuls le saltarello secondo detto la Laurina, suivi curieusement de la Pavana detta la Lacrimosa sont donnés. Il y a eu un choix à faire et le premier saltarello est passé à la trappe.
A vous lire ... Dans l'espoir de faire des émules pour l'exécution de ces belles pièces à l'histoire passionnante digne d'être relatée par " l' Oncle Paul ".
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 826
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Saltarello Secondo detto La Laurina Pietro Paolo Borrono

Message par Roger Traversac » jeu. 01 février 2018, 13:04

Comme pour l'ensemble de deux pièces suivants, celui-ci se termine avec un dernier et troisième Saltarello intitulé " Il Pennono " ... peut-être" cela signifie t'il " Le pennon, une bannière, le haut d'une enseigne , d'une lance " (Pennóne, Pennóni trouvé en italien très ancien de cette époque).
Ces titres sont forts intéressants :
Pavana novissima detta La Lucretia, Saltarello primo, saltarello secondo detto la bella Bianca ha hauto torto, saltarello terzo detto O chel me tira il brazo.
Saltarello secondo detto (recte : Pavana chiamata) La bella Bianca Margarita, Saltarello primo, Saltarello secondo detto Se la passasse, Saltarello terzo della Duchessa.
Une rapide analyse montre que la pavane est suivie d'un premier saltarello sans titre particulier qui doit reprendre de très près son thème et ne justifie donc pas de titre particulier ; après deux autres saltarellos suivent qui s'en éloignent davantage et, de ce fait, on droit à un titre.
Il faudrait faire des recherches historiques approfondies pour voir si ces suites en quatre parties ont des titres avec des rapports étroits ou non.
Pour mémoire les premières pièces du recueil sont moins riches en appellations et il faudrait voir si le dernier saltarello est lié aux autres :
Pavana detta la bella Andronica (une vertu appelée force*) dell' eccell. (de l'excellent) P.P. Borrono (Da Milano est souvent qualifié de " Divino "), Saltarello primo, Saltarello secondo, Saltarello.
* intéressant car un superbe tableau antérieur de Botticelli s'intitule " La Force " (1470) :
http://www.grandspeintres.com/botticell ... peintre=14
https://www.cineclubdecaen.com/peinture ... /force.htm
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Force_(Botticelli)

Une illustration qui plairait si on joue cette bella Andronica ...
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Revenir à « Luths, guitare baroque et renaissance »