L'atonalisme. Et après ?

Avatar de l’utilisateur
Alan Perros
Messages : 708
Inscription : ven. 28 octobre 2005, 03:34
Localisation : Côte Bretonne

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Alan Perros » ven. 22 janvier 2016, 18:10

Clément Pic a écrit :Notre association, nous espérons la monter en scoOp nous aussi. Et nous tenons au O qui a été retiré aujourd'hui. Parce que justement: le flûtiste qui travaille ses gammes, le régisseur qui installe les pupitres, l'employé qui vend les billets, le technicien qui grimpe dans les échafaudages l'après midi du concert parce qu'il sait comment faire pour faire une belle lumière et qu'il faut CE projecteur (vécu au conservatoire de Lille: le technicien s'est mis en 4 pour 10mn de musique), nous mettons en commun nos savoir-faire. Je retiens notamment de mon premier maître ceci: "nous sommes avant tout des artisans".

Globalement j'adhère à 100% avec le fond du spectacle.
:okok:

Je suis content de voir que le Pavé n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd... :mrgreen:

:cornet: :casque: :mouton: :casque: :cornet:

Avatar de l’utilisateur
Francois
Messages : 150
Inscription : sam. 01 août 2009, 22:33
Localisation : 31

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Francois » mar. 26 janvier 2016, 14:50

Je ne sais plus quel musicien avait déclaré dans une interview quand on lui demandait dans quel courant musical il se situait: il n'y a que deux sortes de musique, la bonne et la mauvaise, et c'est moi qui décide. J'ai toujours été pleinement d'accord, en précisant que cette décision personnelle est liée au moment où elle est prise. Que l'art dit "contemporain" ait ouvert des brèches mais aussi conduit à des impasses me semble clair, et j'ai beaucoup aimé l'analyse de ces impasses par Jérôme Ducros.
Ce que pointe Franck Lepage dans ce fil de discussion me semble néanmoins capital. Deux choses polluent gravement le débat: la notion d'"intelligence" et celle d'argent (donc de pouvoir). L'art devrait être libre vis à vis de ces deux notions, et défendu contre elles. Ce n'est malheureusement pas le cas.
Il n'y a pas d'art bête. Certaines formes ne m'intéressent pas car je les trouve sans surprise (ou je ne les comprends pas). Mais à 18 ans j'ai aimé des rocks sur 2 accords pour leur énergie, leur sensualité, pas pour la subtilité de leurs constructions. Il n'y a pas de honte à aimer les compilations type les 100 tubes de la musique classique, et dans le même temps il est juste d'en connaître les limites et les approximations.
Certains dictat imposant l'atonalisme dans certains conservatoires, ou leur exact pendant refusant toute forme d'art "moderne" comme snob ou dégénéré me font frémir et cachent souvent plus des jeux de pouvoirs, d'argent voire de spéculation, que des débats artistiques.
Souvenons-nous enfin qu'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, et que des musiques (ou toute autre forme d'art) que nous avons aimé dans notre jeunesse (je sais ça fait un peu vieux schnock) ne nous parlent plus forcément autant, tandis que des portes se sont ouvertes par le biais de rencontres sur des choses qui n'avaient pour nous alors aucun sens.

Avatar de l’utilisateur
Alan Perros
Messages : 708
Inscription : ven. 28 octobre 2005, 03:34
Localisation : Côte Bretonne

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Alan Perros » mar. 26 janvier 2016, 19:59

La conf' de Ducros avait mis un bordel pas possible à l'époque, et pour cause ce sont bien des questions de pouvoir qui sont en cause.

Tout le monde joue ce qu'il veut et écoute ce qu'il veut, ce n'est qu'une histoire de goût personnel. Par contre qui est légitimé pour des postes de pouvoir, des subventions, qui est joué par les bons orchestres et qui ne l'est pas, c'est bien là la question. Par exemple, Dutilleux, compositeur que j'adore, raconte dans un entretien qu'il ne pouvait presque pas faire jouer sa musique en France à l'époque ou le dodécaphonisme/sérialisme/content-pour-rien-isme occupait toute la place (notamment Boulez et ses amis). Tout ce qui n'était pas atonal ou très dissonant étant considéré comme archaïque (considération qui si j'ai bien compris est toujours très présente dans le milieu). Du coup il était surtout joué par des orchestres américains...

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 2200
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Clément Pic » mer. 27 janvier 2016, 14:17

Alan Perros a écrit :(...) Tout ce qui n'était pas atonal ou très dissonant étant considéré comme archaïque (considération qui si j'ai bien compris est toujours très présente dans le milieu). (...)
En fait non, pas du tout. En tout cas ceux que je fréquente, ce n'est pas le problème (Raisanen, Livorsi).

J'ai dernièrement découvert "Voice from the killing Jar" de Kate Soper (you tube est ton ami et même il y a la partition). Le cheminement dramatique de la musique est très révélateur. Alors oui, il y a tout les ingrédients "pas possible" de la musique contemporaine, mais on comprend assez vite que tout ça, ce sont des sons qui sont choisis pour leur expressivité. Ceux qui n'aiment pas se sentiront confortés dans leur avis et ceux qui aiment aussi (un peu comme avec la musique de Bjork...)
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Maurice
Messages : 584
Inscription : sam. 23 septembre 2006, 12:54
Localisation : Lyon

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Maurice » mer. 27 janvier 2016, 23:32

merci pour les vidéos de Franck Lepage, c'est drôle.

c'est hyper flippant de voir son nom à droite... personne n'a plus rien à ajouter sur l'atonalisme ?

bon ben j'en profite pour remercier Clément (qui s'est un peu retrouvé un peu seul contre tous dans la discussion), tes liens, tes propos, et aussi ton travail m'ont permis de découvrir de nouveau horizons sonores que j'ignorais, je me répète mais je le redis : je pense que tes élèves ont bien de la chance de t'avoir comme prof. :okok:

Avatar de l’utilisateur
Alan Perros
Messages : 708
Inscription : ven. 28 octobre 2005, 03:34
Localisation : Côte Bretonne

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Alan Perros » sam. 16 mars 2019, 16:06

Arvo Pärt.

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 2200
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Clément Pic » sam. 16 mars 2019, 20:38

J'ai fratres dans mon répertoire.
"Un peu" difficile pour l'enregistrer par contre :chaud:
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Avatar de l’utilisateur
Alan Perros
Messages : 708
Inscription : ven. 28 octobre 2005, 03:34
Localisation : Côte Bretonne

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Alan Perros » dim. 17 mars 2019, 10:07

Clément Pic a écrit :
sam. 16 mars 2019, 20:38
J'ai fratres dans mon répertoire.
"Un peu" difficile pour l'enregistrer par contre :chaud:
Une version guitare et violon par Marek Pasieczny, sur YouTube:
'Fratres' by Arvo Part for guitar and violin arr by Marek Pasieczny part I 'Pasieczny Watson Duo'

Une autre pour violoncelle et guitare:
FRATRES | ARVO PÄRT arr. Marek PASIECZNY (cello and guitar)

Avatar de l’utilisateur
Clément Pic
Compositeur
Messages : 2200
Inscription : dim. 22 juillet 2007, 19:33
Localisation : Lille

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Clément Pic » dim. 17 mars 2019, 19:55

Guitare solo.
Je t'envoie le lien en mp.
Je venais à peine de finir la transcription...
In cobbles I trust.
In bescherelle I must trust.

Marieh
Messages : 5156
Inscription : dim. 22 mars 2009, 22:01

Re: L'atonalisme. Et après ?

Message par Marieh » dim. 17 mars 2019, 22:03

Alan Perros a écrit :
dim. 17 mars 2019, 10:07
Une version guitare et violon par Marek Pasieczny, sur YouTube:
'Fratres' by Arvo Part for guitar and violin arr by Marek Pasieczny part I 'Pasieczny Watson Duo'
:casque: :bravo:

Revenir à « Place publique des guitaristes classiques »