Francesco Canova di Milano

Nos contemporains comme ceux d'hier.
Avatar de l’utilisateur
Mallorca
Messages : 2891
Inscription : dim. 06 mai 2007, 13:08
Localisation : Val d'Oise

Francesco Canova di Milano

Message par Mallorca » mar. 05 juin 2018, 14:23

connaissez vous ce luthiste ( 1497 - 1543 )?
je viens de le découvrir avec un jeune guitariste talentueux Alberto Mesirca et deux magnifiques "ricecare" en début de concert
Guitare Antoine Pappalardo 1975 c n°13
Guitare romantique Rigondeau 1850 env.
Guitare Silent Yamaha 2008
Guitare Gaëlle Roffler 2018

Julien Bambaggi
Modérateur
Messages : 2753
Inscription : jeu. 08 octobre 2015, 11:00
Localisation : Agen

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Julien Bambaggi » mar. 05 juin 2018, 14:40

Sur ce site, Cadiz a fait un énorme travail de classement et édition de ses tablatures (avec exemples sonores en prime)... :D C'estici.
Guitare René Baarslag

Avatar de l’utilisateur
Valéry Sauvage
Messages : 7633
Inscription : sam. 03 février 2007, 15:41
Localisation : Poitou

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Valéry Sauvage » mar. 05 juin 2018, 14:58

et pour ma part ça fait des années que je poste des vidéos de sa musique, c'est un de mes compositeurs favoris...
Carpe diem, quam minimum credula postero. (Horace)

Avatar de l’utilisateur
Mallorca
Messages : 2891
Inscription : dim. 06 mai 2007, 13:08
Localisation : Val d'Oise

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Mallorca » mar. 05 juin 2018, 15:11

c'est magnifique
et il est vrai que je n'écoute pas tout sur le forum...manque de temps
Guitare Antoine Pappalardo 1975 c n°13
Guitare romantique Rigondeau 1850 env.
Guitare Silent Yamaha 2008
Guitare Gaëlle Roffler 2018

Avatar de l’utilisateur
Valéry Sauvage
Messages : 7633
Inscription : sam. 03 février 2007, 15:41
Localisation : Poitou

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Valéry Sauvage » mar. 05 juin 2018, 15:51

En fait on zappe souvent le "Canova" (qui est pourtant son patronyme) pour ne garder que le da Milano (et pas di...) et on le surnommait en son temps "Il Divino" (tout comme Michelangelo), c'est dire la renommée. C'était le luthiste personnel du Pape et il a joué aussi devant François 1er... On retrouve ses pièces jusque dans des livres et manuscrits du nord de l'Europe plus d'un demi-siècle après sa mort (ce qui montre aussi le succès de sa musique).
Carpe diem, quam minimum credula postero. (Horace)

Avatar de l’utilisateur
Mallorca
Messages : 2891
Inscription : dim. 06 mai 2007, 13:08
Localisation : Val d'Oise

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Mallorca » mar. 05 juin 2018, 16:07

ah oui, da Milano..
Merci Valery pour ces précisions intéressantes
tu me diras ce que tu pense de Alberto Mesirca dans les deux ricercare à la guitare
ça vous plait les luthistes?
Guitare Antoine Pappalardo 1975 c n°13
Guitare romantique Rigondeau 1850 env.
Guitare Silent Yamaha 2008
Guitare Gaëlle Roffler 2018

Avatar de l’utilisateur
Valéry Sauvage
Messages : 7633
Inscription : sam. 03 février 2007, 15:41
Localisation : Poitou

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Valéry Sauvage » mar. 05 juin 2018, 16:33

Pour être franc je préfère cette musique au luth... ;-) (écouter Nigel North dans ses vidéos live sur YT et Israël Golani dans la Compagna...)
Le problème le plus fréquent avec cette musique c'est l'articulation dans les diminutions qui marche beaucoup moins bien avec m.i. que p.i.
Carpe diem, quam minimum credula postero. (Horace)

Avatar de l’utilisateur
Mallorca
Messages : 2891
Inscription : dim. 06 mai 2007, 13:08
Localisation : Val d'Oise

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Mallorca » mar. 05 juin 2018, 16:39

je vais donc l'écouter au luth!
Guitare Antoine Pappalardo 1975 c n°13
Guitare romantique Rigondeau 1850 env.
Guitare Silent Yamaha 2008
Guitare Gaëlle Roffler 2018

Avatar de l’utilisateur
Valéry Sauvage
Messages : 7633
Inscription : sam. 03 février 2007, 15:41
Localisation : Poitou

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Valéry Sauvage » mar. 05 juin 2018, 16:51

Il y avait un sujet sur Nigel North :
viewtopic.php?f=38&t=28705&p=275772&hil ... th#p272133
Carpe diem, quam minimum credula postero. (Horace)

alainfrédéric
Messages : 272
Inscription : mer. 09 mars 2016, 11:40
Localisation : paris

Re: Francesco Canova di Milano

Message par alainfrédéric » mar. 05 juin 2018, 18:35

Je l'ai découvert il y a deux ans, grâce à ce forum (et avec l'aide de Valéry), je suis tombé dedans: c'est un musicien immense...
Je reviens toujours à lui depuis, pour découvrir à chaque fois une nouvelle pièce.
A Milan, il est presque inconnu, et à la bibliothèque ambrosiana, qui détient l'un de ses portraits supposés, il ne faut pas dire "Canova", ils ne connaissent qu'Antonio, le sculpteur.
Je ne crois pas qu'il reste grand chose de ses os sous la Scala de Milan....
Mais on a les tablatures!

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1000
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Roger Traversac » ven. 08 juin 2018, 21:17

Valéry Sauvage a écrit :
mar. 05 juin 2018, 16:51
Il y avait un sujet sur Nigel North :
viewtopic.php?f=38&t=28705&p=275772&hil ... th#p272133
Oui, très grand musicien ! Il a au moins un point commun avec moi ... Non, pas uniquement le luth ... mais sa passion, tout au moins dans sa jeunesse pour le groupe de guitares électriques et batteur, The Shadows ! Ils l'auraient inspiré pour le luth ... Il faut dire qu'ils ont une parodie de luth Renaissance hilarante de qualité (voir sur Youtube) intitulée The lute number. (Extrait de leur court métrage " Rhythm & Greens ").
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Avatar de l’utilisateur
Roger Traversac
Messages : 1000
Inscription : dim. 09 novembre 2008, 15:36

Re: Francesco Canova di Milano

Message par Roger Traversac » ven. 08 juin 2018, 21:24

Plus sérieusement, j'ai eu la chance de me procurer un très ancien numéro de revue musicale consacré à Francesco Canova da Milano. Et il y est bien détaillé la phénoménale exploitation financière familiale qui a été faîte autour de lui avec son consentement. Un apport fort intéressant, en dehors de son talent, pour les talents d'or qui naissaient sous ses doigts et prospéraient. Même après son triste décès assez jeune ...
Mon coeur est un luth suspendu, Sitôt qu'on le touche, il résonne. (Pierre-Jean de Béranger - Le Refus)

Revenir à « Guitaristes classiques et compositeurs »